Explorateur de nature
voyages-au Pérou-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouMachu Picchu - Place sacréePérou 360°
Musée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à ChiclayoMusée Nacional de Sican à Chiclayo
Musée nacional de Sicán
Carte interactive du Pérou
Carte interactive du Pérou
Galeries de photosGaleries de photosRencontre avec Victor Delfin, un artiste péruvienRencontre avec Victor Delfin, un artiste péruvien
Comment se présente le mal des montagne (soroche) au Pérou et comment le prévenir et le combattre ?

Comment se présente le mal des montagne (soroche) au Pérou et comment le prévenir et le combattre ?

C’est bien connu (et pour ceux qui ne le savent pas, voici un fait) : passée une certaine barre, l’altitude fait tourner la tête, comme disait l’autre. Et ce, pour une raison bien simple : plus on monte en altitude, moins il y a d’oxygène disponible autour de soi (la force de gravité de la Terre n’attire pas que les corps visibles, mais aussi les particules ; plus on s’éloigne du centre de la Terre, moins la force de gravité est grande, donc moins l’atmosphère et l’oxygène sont denses etc. etc.). Et avec moins d’oxygène disponible… Le corps réagit parfois bizarrement.
Bon, cela dit, ça dépend des personnes. Certaines réagissent très bien et s’adaptent très rapidement, d’autres souffrent un peu plus. Le processus est simple : le corps doit produire plus de globules rouges dans le sang, ce qui va mieux fixer l’oxygène dans les cellules et compenser le manque général de cette molécule dans l’air. Ce faisant, en général, le cœur bat plus vite, la tête est un peu légère, un léger mal de tête peut se faire sentir, le moindre effort physique devient rapidement un problème (facteur à prendre en considération notamment lorsque l’on part en trekking en altitude)… En se reposant bien, tous ces symptômes disparaissent, en moyenne, entre 24 et 48h. Les plus infortunés (ça arrive…) subissent des nausées, alitement, parfois des vomissements… mais ces cas restent très marginaux pour des personnes qui se reposent et prennent le temps de s’habituer à l’altitude sans faire trop d’effort. 
Comment éviter ces symptômes, souvent légers, mais parfois ennuyants ? Plusieurs solutions. Traditionnellement, le mieux est une infusion de feuilles de coca, très efficaces contre les maux de têtes, la faiblesse physique et les divers petits bobos liés au mal d’altitude. La version la plus moderne s’appelle « Sorojchipill », un médicament vendu en pharmacie, très peu cher, très efficace, à prendre quelques heures avant l’arrivée sur les hauts plateaux. Boire beaucoup d’eau fait disparaître le mal de tête. Mais le mieux est encore de rester tranquillement assis et de ne pas faire d’effort physique important, le temps que le corps s’habitue. 
Et vous verrez qu’en redescendant au niveau de la mer, avec tous les globules rouges que votre corps aura produits en plus, vous pourrez courir un marathon, trois fois d’affilée… 



Quels sont les altitudes des villes au Pérou ?

Quelques altitudes repères au Pérou

Altitude de Lima 13 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude de Nazca 587 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude d’Arequipa 2335 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude de Puno 3 827 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude de Cusco 3 400 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude de Pisac2 972 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude d’Ollantaytambo2792mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude du Machu-Picchu2 438 mètres au-dessus du niveau de la mer
Altitude d’Ayacucho 2752 mètres au-dessus du niveau de la mer