Explorateur de nature

Merveilles de la cordillère Huayhuash

15 jours / 14 nuits    difficulté: 2/3

La découverte du Pérou par le trekking

Merveilles de la cordillère Huayhuash

15 jours / 14 nuits      difficulté: 2/3
La découverte du Pérou par le trekking

Demande d'informations
Demande d'informations et de tarifs
(En gras: les champs obligatoires)




Votre date de naissance

Date du début du voyage
Recommandez cette page à un ami




Côte Verte à LimaCôte Verte à LimaPoste centrale de LimaLarcomar - Côte verte à LimaLarcomar - Côte Verte à LimaParapente à LimaCôte Verte à LimaPlage à LimaCathédrale de Lima

Pour les passionnés de trekking et de grands espaces, un voyage loin des routes les plus empruntées aux confins d’une nature préservée. Le trekking de la cordillère Huayhuash est considéré par les spécialistes comme l’un des plus beaux parcours du monde.

Les incontournables du séjour

Lors de nos circuits libertés, vous n’êtes pas accompagné par un guide tout au long du séjour, mais vous êtes pris en charge lors de chaque étape par des guides et chauffeurs locaux. Vous êtes seuls, seulement durant les transports entre les villes, dont certains sont en bus de ligne ou de tourisme.


Jour 1 - Arrivée à Lima

Jour 2 - Transfert vers Huaraz en bus

Jour 3 - Journée de visite du site archéologique de Chavin - (acclimatation)

Jour 4 - Trekking d’acclimatation au lac Paron (4200m)

Jour 5 - Trekking d’acclimatation au lac 69 (4530m)

Jour 6 - Transfert vers Queropalca

Jour 7 - Randonnée jusqu’au Lac Carhuacocha (4138 m)

Jour 8 - Journée libre ou randonnée au Lac Siula (4245m)

Jour 9 - Randonnée jusqu'au lac Mitucocha (4.230 m)

Jour 10 - Cinquième journée de marche du trekking du Huayhuash

Jour 11 - Randonnée jusqu'au Lac Jahuacocha (4066 m)

Jour 12 - Journée libre ou randonnée jusqu'au Lac Rasaccocha (4417 m)

Jour 13 - Randonnée jusqu'à Llamac et retour à Huaraz

Jour 14 - Transfert en bus public entre Huaraz et Lima

Jour 15 - Lima

Les étapes de votre voyage

Lima et sa région

Lima

Chavin de huantar

Cet immense site archéologique est le seul de la culture Chavin, qui est l’une des plus anciennes d’Amérique Latine, entre 1200 et 800 av JC. Ce fut un centre religieux et artistique majeur, et probablement  un lieu de pèlerinage selon les premiers espagnols.  Le plus intéressant de la visite se trouve au sous sol : les éboulements de 1945 ont tout enseveli. Sur la place centrale, un escalier mène vers le Castillo, ce temple à 3 niveaux est en pierre brute, avec des ornements (aujourd’hui surtout visibles dans différents musées). D’immenses tunnels traversent le site, avec des salles sous-terraines. La présence de miroirs, de coquillages etc. semble indiquer qu’on y faisait des effets visuels et sonores impressionnants, afin d’inspirer la terreur et d’assoir l’autorité hiérarchique. Le petit musée contient également des statues effrayantes. 

Cordillère blanche

C’est parmi les chaines de montagnes les plus impressionnantes du continent. On y trouve 33 des plus hauts sommets du Pérou, dont le Nevado Alpamayo, à 5947m, le Nevado Santa Cruz, à 6241m, et le Nevado Huascaran, à 6768m, le plus haut du Pérou. Les hauts pics éternellement enneigés rivalisent de splendeur avec les lacs de haute altitude reflétant l’azur pur,  les glaciers gigantesques et les sources d’eau chaude, comme surgies par magie dans ce paysage gelé. 

Cordillère Huayhuash

Dans l’ombre de la célébrité de sa voisine, la fameuse Cordillère Blanche, cette cordillère n’a vraiment rien à envier à sa grande sœur. Glaciers, pics rocheux et lacs d’altitude, cols à 4500m, elle est réputée pour être encore plus difficile à gravir, et donc encore plus sauvage car moins fréquentée ; pour preuve, la présence encore très importante de condors. Détail digne d’intérêt, c’est une zone protégée et dirigée par les communautés elles-mêmes : on les soutient directement donc en empruntant l’un des plusieurs treks possibles, qui se font tous sur plusieurs jours, ou encore en skiant ou en escaladant ses glaciers.

Huaraz

Huaraz est sans conteste la capitale du sport de haute montagne au Pérou. La ville n’a, en tant que tel, pas grand intérêt : détruite pendant un terrible tremblement de terre en 1970, elle ne s’est jamais remise des dommages subits. Cependant, c’est sa situation géographique exceptionnelle, coincée entre la cordillère blanche et la cordillère noire, qui fait l’attrait incontestable de Huaraz. Beaucoup de touristes le considère comme l’un plus beaux paysages de montagne au monde. La ville vit au rythme des allers-retours de ces alpinistes qui viennent se mesurer à la nature, en quête d’adrénaline et d’air pur. 

Laguna 69

Probablement la mascotte de Huaraz. Une randonnée de 3 ou 4h de marche mène au lac bleu turquoise situé au pied du mont Chararju. L’altitude, 4750m, commence à se faire sentir ; il faut donc une bonne acclimatation. Mais dans l’ensemble, accompagné de votre guide, tout ira bien, et ce mini-trek est vraiment de toute beauté. Un bon premier aperçu de la Cordillère Blanche et des merveilles qu’elle recèle.

Lima

La capitale du pays, Lima, accueille plus d’un tiers des péruviens, en une immense mégapole bruyante et assourdissante. La « cité des Rois » fut fondée par Pizarro, le conquistador de l’Amérique du Sud, en janvier 1535 et devient rapidement la nouvelle capitale (au détriment de Cusco), en regroupant toute les activités commerciales et administratives de l’empire. Lima devient alors l’emblème même de la colonisation et de la domination hispanique. Au cours des dernières décennies, de nombreux bidonvilles appelés «pueblos jovenes», les villages jeunes, se sont développés au pourtour de la ville, tels les favelas ou bidonvilles du Brésil, avec tous les problèmes et inégalités sociales que cela attire. C’est  une ville agitée, en mouvement perpétuelle, la capitale typique d’un pays en plein boom économique, qui réserve quelques joyaux de culture et d’histoire du pays à celui qui s’y attarde. La visite de la capitale inclut notamment une promenade à travers les quartiers à l’architecture de style colonial de Miraflores, San Isidro et du centre historique, avec l’ensemble architectonique de San Fransisco, petit bijou de l’héritage colonial : l’église de San Fransisco, La Soledad et El Milagro. Au programme également, la visite de catacombes qui conservent plus de 25 000 ossements humains.

A savoir sur le Pérou

La culture «  Chicha » au PérouQuels est le mode de vie de la population dans les Andes ?Quels sont les principales caractéristiques de la population au Pérou ?Le système éducatif au PérouQuels sont les différentes fêtes et festivités au Pérou ?
La culture «  Chicha » au Pérou

La culture « Chicha » au Pérou

La culture populaire au Pérou

La culture chica est le nom donné à une fusion de bien des styles différents : produit de l’histoire et de la diversité des cultures péruviennes, c’est aujourd’hui une mouvance extrêmement forte. Bien que rejetée pendant longtemps par l’élite péruvienne, aujourd’hui, la musique chicha, au moins, fait l’unanimité chez les jeunes.

Tout d’abord, expliquons l’origine du mot « chicha » : c’est une boisson que préparaient les Incas, à base de maïs fermenté, alcoolisée, qui était au cœur des fêtes avant l’arrivée des Espagnols dans les Andes. 

Ensuite, il faut savoir que cette culture « chicha » a commencé dans les pueblos jovenesde Lima, ces quartiers périphériques, sales et désordonnés. En effet, par vagues successives, la Lima coloniale s’est vue affublée petit à petit d’un nombre croissant de quartiers nouveaux, pauvres, fabriqués de toute pièce par des migrants andins, avec tout ce qu’ils pouvaient trouver : carton, planches dépareillées, tuiles en fer, bâche en plastique... D’abord dans les années 1950, à la recherche d’un travail et d’une vie plus digne (à l’époque les Indiens étaient employés comme servants dans bien des haciendas, propriétés agricoles gérées par des blancs). Puis, dans les années 1970 à 2000, en conséquence des terribles évènements liés au terrorisme et à la violence armée entre l’armée et le mouvement de guérilla. C’est ainsi qu’en une vingtaine d’année, Lima va tripler de taille : les migrants de l’exode rural ne sont plus minoritaires, mais bien majoritaires dans la capitale. 

Reprenant donc le terme de la boisson andine, toute une culture urbaine se développe dans ces nouveaux quartiers : andins, certes, mais non plus campagnards, et d’une culture andine aménagée. C’est la culture Chicha. 

Le plus représentatif de cette culture est sans aucun doute la musique : mélange de cumbia colombienne et de rythmes andins comme le huayno, on y a ajouté le rythme du bigbox américain, du hiphop, et les sonorités ont été réarrangées pour qu’elles soient plus « modernes ». Cette cumbia non traditionnelle fait donc fureur dans les quartiers pauvres de Lima, et rapidement s’étend à tout le pays. Les affiches et posters pour ces groupes « chicha » (citons par exemple Los Shapis, los HermanosYaypén) arborent des couleurs fluo et des formes presque psychédéliques. La plupart de la cumbia moderne qui s’écoute dans tout le Pérou appartient à la culture chicha. 

Chicha, on le dit également de la presse : dans ces quartiers pauvres, habités par des personnes de classes socio-culturelles basses voire très basses, apparaissent des journaux qui promeuvent le scandale, les pin-ups, les déclarations sensationnelles, les campagnes d’humiliation publique et la désinformation totale. L’ex-président Alberto Fujimori a d’ailleurs été impliqué dans plusieurs affaires de corruption ayant affaire à la presse chicha : il a souvent décidé des titres que ces journaux allaient faire paraitre, et orienté volontairement les sujets que cette frange de la population allait lire, car elle était la base de son électorat. Aujourd’hui, la presse chica est n’importe quel journal de basse qualité journalistique mais qui divertit en relatant les agissements scandaleux des célébrités.

Maintenant, chicha, on le dit de tout et n’importe quoi, tant que cela promeut la fête, la musique, et représente ce mélange de l’histoire et de la culture péruvienne, la masse souvent peu formée, l’urbain et l’andin en général.
Quels est le mode de vie de la population dans les Andes ?

Quels est le mode de vie de la population dans les Andes ?

Une vie andine encore préservé de la mondialisation

Loin des villes, de la société de l’information et de la culture globalisée, il existe, dans les Andes, des communautés rescapées d’une époque aujourd’hui révolue.
Souvent à plusieurs heures de marche des derniers villages, les dernières communautés andines perpétuent un mode et rythme de vie bien particulier. Ayant intégré par la force la religion catholique, ils continuent cependant à croire à la religion andine.
Leurs maisons, construites en adobe ou en pierre, ressemblent plus à des refuges qu’à de véritables demeures. La vie quasiment autarcique est très liée à l’élevage de l’Alpaga et à l’agriculture vivrière.
La journée commence bien avant le lever du soleil, le plus souvent avec une soupe de pommes de terre et de fèves pour commencer les travaux agricoles, et se finit à la tombée de la nuit lorsque l’obscurité et le froid s’emparent des Andes.
La plupart du temps, sans aucun avantage social ou véritable salaire, les habitants ont organisé les communautés autour de principes stricts de solidarité, qui font écho au mode de vie des Incas.
L’Ayllu est le groupe familial élargi qui est la base de la structure sociale de la communauté. L’Ayniest un système d’échange et de réciprocité (sans argent), comme par exemple le fait d’aider à labourer le champ d’un voisin contre de l’aide pour construire sa maison. LesMinkasont les travaux d’intérêt général qui sont obligatoires, sous peine d’amende.
Chaque année, une fête du village est organisée par un Carguyocqui doit payer et organiser les festivités, et dont la générosité reflète les positions sociales des villageois.

Quels sont les principales caractéristiques de la population au Pérou ?

Quels sont les principales caractéristiques de la population au Pérou ?

La population au Pérou

La Pérou est, avec la Bolivie et l’Equateur, l’un des pays connaissant la plus forte proportion de population indigène d’Amérique Latine. 

Malgré tout, la caractéristique principale de la population péruvienne reste le métissage : entre le descendant d’européen, blanc, l’autochtone des Andes, et l’afro-américain, les mélanges de populations sont très importants. Cependant, ces métissages sont plus présents dans certaines zones géographiques que dans d’autres : sur la côte, qui accueille près de la moitié de la population, la diversité de couleur de peau est réelle. Les blancs, les mestizos encore appelés criollos, et les afro-américains, mais aussi des asiatiques se côtoient dans la zone la plus économiquement dynamique du pays. C’est également dans cette région qu’une élite politique et sociale concentre tout le pouvoir du pays. Cette centralisation et cette élite sociopolitique est un de ces héritages de la coloniaux qui n’ont jamais été remis en question. 

Dans les Andes et dans la forêt amazonienne, au contraire, la proportion de population amérindienne est beaucoup plus forte. Dans des villes comme Cusco, Puno, Huaraz, ou encore Cajamarca, et dans toute la campagne andine et amazonienne, la grande majorité de la population est très nettement amérindienne. Attention, il faut noter que le terme indio, en espagnol, est connoté négativement et est très facilement perçu comme une insulte : à user avec précaution. L’importance de la « race » est encore très forte au Pérou, et les préjugés raciaux et les discriminations (de toutes les « races » vers toutes les autres) vont encore bon train. 

L’autre caractéristique de la population péruvienne est l’incroyable densité de population de sa capitale, Lima, qui accueille plus de 9 millions d’habitants, soit un tiers de la population péruvienne. Ce statu lui confère une place véritablement à part dans la vie économique, sociale et politique du pays. L’exode rural des années 1980 à 2000 a provoqué une augmentation fulgurante des pueblos jovenes, ces quartiers à l’organisation déstructurée et chaotiques où la pauvreté urbaine se développe très rapidement. La population rurale et agraire a diminué de moitié entre 1960 et aujourd’hui, la concentration humaine dans la région de Lima commence à devenir assez problématique.

Le système éducatif au Pérou

Le système éducatif au Pérou

Quel est le niveau éducatif et scolaire au Pérou ?

Officiellement, et selon la Constitution, l’éducation au Pérou est gratuite et obligatoire dans les institutions publiques jusqu’à l’école secondaire. La réalité est pourtant bien différente de cette déclaration d’intention. 

Comme pour le secteur de la santé, le clivage entre école urbaine et école rurale est flagrant. Ce sont les problèmes intrinsèques à la vie en campagne : les centres éducatifs sont souvent très éloignés du lieu de vie des enfants (plusieurs heures de marche par jour sont souvent nécessaires) ; la réalité des enfants dans les campagnes est très différente des villes (ils doivent obligatoirement participer aux tâches de la famille, emmener les bêtes au pâturage, couper du bois, etc) ; de plus, l’éducation interculturelle-bilingue est plus un vœu pieu qu’une réalité (ce qui limite les possibilités d’apprentissage des enfants de peuples autochtones) et il n’y a souvent qu’un professeur pour tous les niveaux. Le caractère obligatoire de l’éducation est donc fortement limité par la situation géographique.

De plus, le caractère gratuit est lui aussi à relativiser. Officiellement, l’école est gratuite, et l’inscription n’est conditionnée à aucun paiement. Cependant, l’inscription à l’APAFA (Association des Parents d’Elèves) est obligatoire, et est relative au ‘’prestige’’ de chaque établissement. De plus, jusqu’à l’heure d’aujourd’hui où la question fait débat, l’obligation d’acheter des livres scolaires neufs (par pression des grandes éditions) ainsi que qu’un uniforme est une réalité dans un grand nombre d’établissements même publics, bien que son obligation soit interdite par la loi. Pour ces motifs, un certain nombre de familles péruviennes n’envoient pas leurs enfants à l’école, par manque de moyens économiques. 

Parmi ces classes sociales désavantagées, la population féminine est la plus touchée. L’éducation des filles n’est pas prioritaire par rapport à celle des garçons lorsque la famille n’a pas les moyens d’envoyer tous ses enfants à l’école. L’autre grande barrière à l’éducation des filles est le problème des grossesses adolescentes, qui poussent les jeunes filles de 14 à 17 ans à abandonner la segundaria (équivalent de collège + lycée). Le manque d’accès à la santé sexuelle oblige les jeunes filles à chercher coûte que coûte un travail qui puisse leur permettre de vivre décemment avec leur enfant, les empêchant par là même de finir leur éducation secondaire. 

Malgré cela, l’éducation au Pérou est en nette amélioration. L’exode rurale a favorisé l’envoi des enfants à l’école (plus accessible en ville que dans les campagnes : en arrivant en ville, les enfants sont à la charge d’un parent, d’un ami, d’une connaissance du village, et rentrent pendant les vacances) ; en conséquence, le taux d’alphabétisme s’est amélioré, passant la barre des 90% dans le courant des années 2000. Malgré les difficultés mentionnées, les efforts pour améliorer l’éducation rurale sont réels, et la croissance économique que connait le Pérou depuis 10 ans donne plus de moyens à l’Etat pour soutenir ces efforts ; l’éducation –primaire- est en nette progression par rapport à ce qu’elle était 15 ans auparavant.

Quels sont les différentes fêtes et festivités au Pérou ?

Quels sont les différentes fêtes et festivités au Pérou ?

Janvier : 
Pendant la dernière quinzaine du mois, Trujillo s’anime autour des concours de marineras sur la place centrale et dans différents lieux de la ville.

Février : 
C’est le mois du Carnaval à travers tout le Pérou : la cérémonie centrale consiste à planter un arbre et danser autour ; puis on coupe l’arbre et on se précipite sur les cadeaux accrochés à ses branches. Pendant ce temps, les bombes à eau volent dans tous les sens et on vaporise de mousse tous les passants. Une ambiance de fête comme aucune autre.
A partir du 2, et pendant les deux semaines suivantes, Puno célèbre la Candelaria (la chandeleur) :danses et musiques folkloriques comme la Diablada, masques monstrueux représentant des esprits et des monstres, c’est une fête pour le cycle de fertilité et aux récoltes, qui se finit par un culte aux morts.

Mars : 
Au sud de Lima, à San Vincente de Cañete, c’est le festival des sports d’extérieur : on peut  y pratiquer du VTT, du rafting, du parapente, du trekking dans les dunes…

Fin mars/début avril, tout le Pérou fête la Semaine Sainte (semana santa) : les marques de ferveur religieuse prennent le dessus sur la vie des habitants, et les rues s’enflamment de défilés, musiques et danses. Cette célébration est particulièrement intéressante à Ayacucho, où un tapis de fleurs est installé par terre pour que les foules viennent le piétiner. 

Avril :
Dans les environs de Cusco, on fête le Señor de los Temblores (seigneur des tremblements)en jetant des petites fleurs rouges sur le sol, en représentation du sang du Christ.
Du 15 au 20, à Pachacamac, site préhispanique dans les environs proches de Lima, on fête le CaballoPeruano de Paso (cheval péruvien de promenade, mélange de race espagnole et arabe), fierté des Péruviens.

Mai :
Le 1°, Arequipa fête la Virgen de Chapi : tout un pèlerinage se constitue pour parcourir 45km de nuit, soit environ 15 heures de marche, pour se laver de ses péchés.
Pendant la 1° semaine, se déroule dans les environs de Cusco le pèlerinage le plus célèbre de toute l’Amérique Latine : le Q’oyllurRit’i, qui signifie Etoile des Neiges en quechua. Partant du village d’Ausangante, il s’agit de monter à mi-chemin du mont du même nom. Déguisés en ours, vêtus de costumes traditionnels, chargés de cadeaux et d’encens, environ 10 000 pèlerins viennent chaque année adorer l’image d’un Christ qui serait apparu à un berger, mais aussi vénérer les Apus, divinités des montagnes, Pachayaya, la mère-Eau, etc. Un des plus beaux exemples de syncrétisme religieux au Pérou.

Juin :
Au cours de la 1° semaine, Cusco est animée la fête de la bière.
Du 1° au 7 juin, Huaraz organise pour la Semaine de l’Alpinisme.
Pendant la deuxième semaine de juin, Ica fête les vendanges avec Festival International de la Vendemia.

Le Corpus Cristi est un point commun dans de nombreuses villes, mais est particulièrement intéressant à Cusco : aujourd’hui, vénération des saints, c’était à l’origine des fêtes nettement païennes. Défilés de danses et de saints dans toutes les rues.

Le 24, à Cusco, c’est l’Inti Raymi : fête inca par excellence, il s’agit de l’adoration du soleil au moment de l’équinoxe d’hiver pour ces latitudes sud. Fête très touristique, mais non moins intéressante pour la recréation fidèle de l’Inti Raymi préhispanique : l’Inca s’adresse au peule, défile avec ses soldats et ses nobles, le tout au milieu de fêtes, de musique, de danses. Départ au Q’oricancha et arrivée à Sacsayhuaman, où un(faux) sacrifice de deux lamas précèdent les incantations et les rituels magiques.


Le 24 également, dans le reste du Pérou, on fête la Saint Jean. Au programme,  feux de joie, danses, musiques traditionnelles, et défilés, surtout dans la jungle amazonienne au nord du pays (Iquitos).


Le 29, la région du lac Titicaca particulièrement, fête la St Pierre et St Paul, avec ses danses, costumes traditionnels, musique et défilés.


Juillet : 
Lors de la 2° semaine du mois, Paucartambo, dans la région de Cusco, fête la Virgendelcarmen (mamachadelcarmen), patronne des métis. C’est l’autre grand pèlerinage et défilés avec le Q’oyllurRit’i, tel l’aspect mâle et femelle d’une même chose, croyance chère aux incas. Comme en mai, les danses, célébrations, défilés, processions et costumes et masques sont pour le moins impressionnants, et draine des pèlerins de tout le pays.

Fin juillet, autour du 28 qui est jour de l’indépendance péruvienne, ce sont les fêtesnationalesdu Pérou  (Fiestas Patrias). C’est un temps privilégié pour être en famille et assister à des combats de coqs, des corridas et des défilés de chevaux.

Enfin, la Yawar Fiesta alieu dans la campagne profonde, à 8h d’Abancay ou d’Ayacucho, sur des routes défoncées. Cet évènement qui met en scène un condor accroché au dos d’un taureau remonte à l’époque de la colonisation, et est une sorte de revendication indigène. La position de supériorité du condor (représentant les autochtones des Andes) le mène le plus souvent à la victoire sur le taureau (représentant l’empire espagnol) et à la mort de ce dernier, comme une revanche sur l’empire espagnol. Cette fête a entre autre été dépeinte par José Maria Arguedas (voir Littérature péruvienne), dans son œuvre du même nom que la fête.

Aout :
Lima fête sa patronne, Santa Rosa de Lima (Ste Rose de Lima), en une célébration plein de ferveur religieuse, de défilés et de musique.

Septembre : 
Fête du printemps à Trujillo pour la dernière semaine (danses chants défilés…)

Andahuaylas (près d’Abancay) célèbre la Virgen de Cocharcas, une sorte de reprise de la Virgen de la Candelaria à Copacabana en Bolivie et sur les rives du lac Titicaca (bénédiction de voitures, processions religieuses, …etc)

Octobre :
Saint le plus populaire de toute l’Amérique Latine, le Señor de los Milagros(seigneur des miracles) est adoré tout au long du mois d’octobre. C’est un des seuls saints ‘’moreno ‘’, noir, du continent. Pour cette époque, beaucoup de gens s’habillent volontiers en violet (couleur favorite de ce saint, qui est connu pour répondre aux prières en ce mois d’octobre et pour faire des miracles.) Les dimanches sont souvent réservés aux corridas. 

Pendant la 2° semaine du mois, à Abacaya, Piura, on célèbre le Señor Cautivo(seigneur captif), réputé pour être également miraculeux. 

Pendant la 3° semaine, Ica fête le Señor de Luren.

Novembre : 
Le, 1° la Toussaintest célébrée dans tous le pays, et le 2, pour la fête des morts, les familles vont au cimetière pour rendre visite à leurs proches.

A partir du 5, c’est la Semaine de Puno, avec moultes festivités, où l’on évoque la fondation de l’empire Inca.

Décembre : 
Evidemment, la Navidad (nativité, noël) est fêtée avec ferveur dans tout le pays. Dans les Andes, les images de syncrétisme religieux entre catholicisme et repères culturels andins remplissent les places publiques.

A Cusco, le 24 (soit la veille de Noël), le Santiranticuyest un peu notre marché de Noël, avec sur la place d’armes de nombreux articles d’artisanat à admirer ou à acquérir, comme des poteries, des céramiques, des poupées, etc.

Enfin, le 27 décembre, sur la côte, les communautés noires afro-américaines fête leur patronnela Virgendel Carmen, surnommée à cette époque Peoncita.

Petites anecdotes sur le Pérou

Cuy –le cochon d’inde… Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?Friajes dans l’AmazonieQuels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ? Qu’est-ce que le phénomène de «  El niño » ?
Cuy –le cochon d’inde…

Cuy –le cochon d’inde…

Vous pensiez que le cochon d’inde était un animal domestique tout doux et tout chaud que les enfants cajolent ? Eh bien en tout cas, pas au Pérou ! En effet, ici le cochon d’inde, appelé le cuy, est une spécialité culinaire…
Cet animal se reproduit très rapidement et en grande quantité, ne prend pas d’espace, ne demande pas beaucoup de soins et ne consomme pas grand-chose ; c’est donc un animal très facile et pratique à élever pour sa viande ! Viande savoureuse, d’ailleurs, et très bien mise en valeur par l’assaisonnement typique du pays. Malgré tout, la présentation de ce plat on-ne-peut-plus traditionnel (dans les campagnes, toutes les familles élèvent –au moins— quelques familles de cuys) peut choquer les âmes sensibles : il est servi entier, avec la tête, les oreilles, les pattes, les petites griffes… 
Cela dit, aller au Pérou et ne pas goûter au cuy, c’est comme aller en France et ne pas goûter aux fromages. Ca serait vraiment dommage.

 Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?

Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?

Le coton Péruvien Pima
Le coton endémique  péruvien Pima (gossypium barbadense) est récolté par les peuples précolombiens depuis plus de 4000 ans dans le nord du Pérou, et plus spécifiquement dans la région de Piura. Ce coton est cultivé encore aujourd’hui sans pesticides et sans engrais, ce qui en fait un produit écologique. Le climat tropical, les terres riches et la pureté de l’eau, combinée à sa finesse et à sa longueur, en fait un des meilleurs cotons au monde.
Ce coton rare et d’une exceptionnelle qualité est appelé «  La soie des Andes ».
Les vêtements en coton péruvien Pima ont comme avantage d’être très respirants, résistants à la chaleur et à l’humidité, écologiques, lavables en machine à 40ºC et hypoallergéniques.

Friajes dans l’Amazonie

Friajes dans l’Amazonie

Vous pensiez que l’Amazonie était une des rares zones au monde à connaitre un ensoleillement constant, toute l’année, avec le thermomètre au beau fixe et une humidité étouffante ? Vous allez déchanter. 
En effet, en dehors de la saison de forte précipitation (donc souvent entre juin et septembre), des vents froids et secs venus des hauts plateaux des Andes font un petit tour du côté des zones basses. La température baisse alors soudainement, passant de 27° à quelques 9° ou 10° et faisant chuter le taux d’humidité de façon drastique. De plus, les vents sont régulièrement très forts quand ils passent à ces basses altitudes.
Ce phénomène peut causer un gros problème pour des cultures semi-constantes, comme le sont le cacao, le café, le thé etc. (ne supportant ni le froid ni le manque d’humidité), ainsi que pour des populations sensibles (enfants et personnes âgées) non habituées au froid en général. Mais, d’un autre côté, il semblerait qu’il soit bénéfique à la biodiversité et à l’endémisme biologique de cette zone. 
En tout cas, si vous pensez faire un tour dans le Sud de l’Amazonie péruvienne entre juin et septembre, pensez à prendre quelque chose à vous mettre sur le dos : tongs et petit short ne seront pas suffisants si vous tombez juste sur l’une de ces vagues de froid.

Quels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ?

Quels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ?

La maca
Tout comme le quinoa, la maca est une plante qui pousse entre 3500m et 4200m d’altitude, où rien d’autre ne prend racine. On a pu retracer sa présence l’alimentation des habitants de la région grâce à la découverte de cette plante dans des restes préincas datant de 1600 av J.C. Il s’agit d’un tubercule assez charnu, dont on ne consomme en réalité que la racine. La préparation de la racine de la maca peut se présenter sous différentes formes : gâteaux, chips, farine, boissons… Ses propriétés alimentaires et énergétiques sont indiscutables : riches en protéines et en nutriments vitaux, elle favorise le système nerveux, la mémoire, et fait office de régulateur hormonal.
C’est surtout cette dernière propriété qui fait parler de la maca. Son surnom de « ginseng péruvien » ou de « viagra péruvien » découle de la propriété qu’on lui reconnait d’aphrodisiaque et de stimulant naturel. Ce serait un remède contre l’impuissance et la stérilité masculine. Les recherches scientifiques n’ont pas démontré de relation indiscutable entre les deux, mais cela n’empêche pas les Péruviens d’en consommer régulièrement, au petit déjeuner ou au goûter, dans l’espoir d’améliorer leurs performances...

 Qu’est-ce que le phénomène de «  El niño » ?

Qu’est-ce que le phénomène de « El niño » ?

Le phénomène El Niño 
Le phénomène climatique ‘’El Niño’’ (l’Enfant, sous-entendu l’enfant Jésus) tire son nom de l’époque de l’année où il se donne, c'est-à-dire au moment de Noël. Des eaux chaudes arrivent de l’équateur jusqu’aux rives péruviennes, perturbant le climat normal. Son antithèse, la Niña, est le courant d’eau froide qui remonte depuis le Chili, qui en temps normal chasse les eaux chaudes superficielles. Mais quand le phénomène d’El Niño est trop fort, les eaux chaudes venant du nord l’emportent. Ce phénomène intervient par cycle tous les 3 à 8 ans.
Il a un impact très important sur l’industrie de la pêche, qui s’arrête du fait que les poissons préfèrent des eaux froides. Le climat est lui aussi déréglé, et de très fortes précipitations inondent tout le littoral péruvien (provoquant d’immenses pertes agricoles), et causant des sécheresses sans précédent en Australie. Les vents soufflent en tempête sur tout le continent Sud-Américain. Dans les périodes incas et préincas, les effets de ce phénomène climatique était sujet à de nombreuses offrandes et rituels afin de regagner la confiance et la paix de la Pachamama…

Parc Kennedy à LimaRue Jiron de la Union  LimaVue panoramique de LimaCircuito de las aguasEglise de la médaille Miraculeuse - Parc Kennedy à LimaCôte Verte à LimaCôte Verte à LimaPlage à LimaPort de Chorillos