Explorateur de nature
voyages-au Pérou-sur-mesure Demandez un devis ► Voyages     selon vos Envies Antipode au PérouChemin de l'Inca - PhuyupatamarcaPérou 360°
AncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasiAncahuasi
Ancahuasi
Carte interactive du Pérou
Carte interactive du Pérou
Galeries de photosGaleries de photosRencontre avec Victor Delfin, un artiste péruvienRencontre avec Victor Delfin, un artiste péruvien
Quels sont les principales caractéristiques des constructions Incas ?

Quels sont les principales caractéristiques des constructions Incas ?

Comment les incas ont fabriqués leurs habitations et temples ?

Constructions et déplacement des pierres des sites incas

Certaines pierres des constructions autour de Cusco font plusieurs mètres de haut et de large pour quelques centaines de tonnes… Il y a de quoi impressionner ceux qui pensent encore que la civilisation et les techniques ont toutes leur origine en Europe ! Mais la question reste entière : comment les Incas ont-ils réussi à déplacer des mastodontes de cette taille et à les imbriquer de façon si parfaite ?

Pour passer le lit des fleuves, les Incas passaient des mois à détourner les cours d’eau, en comblant leur lit à moitié, puis installant les pierres sur le sol, et comblant l’autre moitié du lit du cours d’eau. Certaines, trop lourdes, ont été abandonnées en chemin. Le reste du temps, des troncs d’arbres servaient à faire rouler les pierres pour maximiser l’impact de l’effort physique des esclaves qui travaillaient pour les Incas. Des rampes étaient construites pour amener les pierres en hauteur jusque par exemple, la forteresse d’Ollantaytambo. Les maçons taillaient pendant des mois d’affilée, et se relayaient. 

Cependant, ces explications et les informations disponibles restent insuffisantes. Compte tenu du fait que les carrières se trouvaient à 36km de Cusco ; que les Incas ne connaissaient pas la technique de la roue pour le transport d’objets lourds ; qu’à l’époque, la végétation était composée d’arbustes bas et secs et non d’arbres comme l’eucalyptus aujourd’hui (rendant impossible l’utilisation de troncs pour faire rouler les pierres) ; et que la géographie pentue (notamment pour le site de Sacsayhuaman ou d’Ollantaytambo) rendait la tâche bien difficile : les Incas n’auraient pas eu assez de temps, au cours des 100 ans de leur domination régionale effective (1438 – 1533)pour, premièrement, développer les techniques de transport, et deuxièmement, construire tous les monuments. 

C’est de ce constat que part Erich von Däniken, auteur suisse de langue allemande, pour étayer sa théorie de l’influence extraterrestre sur des œuvres tels que le Machu Picchu. De plus, selon les chroniques espagnoles de 1532, quand les Conquistadores sont arrivés à Cusco, certains sites (comme Sacsayhuaman) étaient à l’abandon, ce qui laisserait penser que les sites les plus impressionnants ne furent pas construits par les Incas mais par des civilisations antérieures, et que les Incas se seraient simplement appropriés certains d’eux, les plus stratégiques…

Les théories d’historiens, archéologues et autres, comme à Nazca ou ailleurs, continuent à fuser, à se contredire, à chercher des explications… Au jour d’aujourd’hui, aucune théorie ne satisfait pleinement l’ensemble de la communauté scientifique, ni vis-à-vis de l’usage fait de ces sites, ni vis-à-vis de comment une tribu rendue maîtresse de la région en très peu de temps a réussi à bâtir des géants architecturaux comme ceux présents dans la région de Cusco.