Explorateur de nature

Peuple des nuages

13 jours / 12 nuits    difficulté: 2/3

Peuple des nuages

13 jours / 12 nuits      difficulté: 2/3


Demande d'informations
Demande d'informations et de tarifs
(En gras: les champs obligatoires)




Votre date de naissance

Date du début du voyage
Recommandez cette page à un ami




Señor de Sipan - Huaca Rajada à LambayequePort de ChorillosPlage à LimaSeñor de Sipan - Huaca Rajada à LambayequeHuaca las Balsas de Tucume à LambayequeMusée de Sitio Huaca Rajada Sipan à  LambayequePlace des armes à LimaChachapoyasRizières à Chiclayo

Partez pour un voyage complètement hors sentiers battus, à la découverte des merveilles du Nord du Pérou. Les trésors qui y sont présents restent encore méconnus et peu visités et pourtant… Vous découvrirez notamment le site de Kuelap construit par la civilisation Chachapoyas et la chute de Gocta élue 3ème plus haute chute d’eau du monde.

Les incontournables du séjour

Lors de nos circuits liberté, vous n’êtes pas accompagné par un guide tout au long du séjour, mais vous êtes pris en charge lors de chaque étape par des guides et chauffeurs locaux. Vous êtes seuls, seulement durant les transports entre les villes, dont certains sont en bus de ligne ou de tourisme.


Jour 1 - Arrivée à Lima

Jour 2 - Lima et vol vers Chiclayo

Jour 3 - Chiclayo - Musée de Sican - Tucume - Chiclayo

Jour 4 - Chiclayo - Huaca Rajada - Musée des Tombes Royales - Chiclayo

Jour 5 - Chiclayo / Chachapoyas en bus privé

Jour 6 - Visite des sarcophages de Karajia

Jour 7 - Chachapoyas / Kuelap / Leymebamba

Jour 8 - Leymebamba / Celendin / Cajamarca

Jour 9 - Visite de Cajamarca et Cumbe Mayo

Jour 10 - Cajamarca / Trujillo en bus de ligne

Jour 11 - Visites de Trujillo et des Huacas du soleil et de la lune

Jour 12 - Visite de Chan Chan et de Huanchaco et vol vers Lima

Jour 13 - Lima

Les étapes de votre voyage

Lima et sa région

Lima

Cajamarca

Au sein de la haute cordillère du nord, à plus de 2700m d’altitude, sur de hauts plateaux, la ville de Cajamarca est unique en son genre. Des paysans aux tenues traditionnelles côtoient les jeunes gens branchés sur la Place d’Armes, dans le cadre merveilleux d’une des architectures coloniales les mieux préservées du pays. Partout autour de la ville, des restes d’architecture incas et pré incas exceptionnellement préservés, comme les Baños del Inca (bains de l’inca) ou encore l’aqueduc Cumbe de Mayo. L’environnement magnifique dans lequel est située la ville permet également de faire des excursions de toute sorte, VTT, randonnée, ballade à cheval, etc. La ville, souvent connue pour son niveau de pauvreté, est aujourd’hui en plein essor économique grâce aux mines d’or de Yanacocha, ce qui a provoqué la ruée des capitaux et des investisseurs étrangers.

Cathédrale de Cajamarca

La façade en pierre volcanique blanche est un chef-d’œuvre du style métissé, propre au Pérou. Construite sur plusieurs siècles mais terminée au XVIII° siècle, l’extérieur de la cathédrale est particulièrement travaillé, et contraste avec des nefs intérieures plutôt sobres. 

Cerro Santa Apolonia

C’est la colline (non-artificielle) qui surplombe toute la région. De son sommet, on a une vue imprenable sur des centaines de kilomètres à la ronde. C’est donc un point stratégique, et c’est sûrement pour cela que Pizarro et les troupes espagnoles s’y installèrent pour préparer l’attaque sur l’armée inca. En haut de la colline, il y a des jardins, fort agréables, ainsi que des sculptures précolombiennes –dont une espèce de trône, que l’on appelle aujourd’hui le siège de l’inca. Une ballade pittoresque et pleine d’histoire. 

Chachapoyas

En descendant des hauts plateaux du nord en direction de l’Amazonie, on trouve sur le chemin l’agréable village de Chachapoyas. Capitale régionale de l’Amazonas, son architecture coloniale bien préservée, son ambiance détendue, loin des foules touristiques, les petites places chaleureuses et les patios fleuris font de cette ville une halte reposante et rafraîchissante sur le chemin de la découverte du nord du Pérou, entre montagnes (on peut rejoindre Chiclayo par la sierra) et jungle. La région de Chachapoyas également est riche d’histoire : la civilisation pré inca du même nom y a laissé de très nombreux sites, enfouis dans la jungle épaisse. Des nombreuses randonnées et tours sont possibles à partir du centre-ville, afin de découvrir ces trésors d’histoire et de nature dans les environs.

Complejo de Belén

Cet ensemble colonial est composé d’une église et d’un hôpital. Sur la façade principale, on peut observer la curiosité suivante : une statue de femme à quatre seins, symbole de fertilité. L’intérieur, en plus de la visite des locaux, propose un musée archéologique abritant les momies de trois enfants ; et un musée de la médecine traditionnelle. L’église est remarquable de par sa très jolie coupole et sa chaire en bois sculpté, et un bon nombre de statues représentant le Christ en croix, mais surtout d’étranges angelots… 

Cuarto de rescate

C’est le seul bâtiment qui reste de l’époque inca à Cajamarca ; le seul, mais pas des moindres importances. C’est là que fut emprisonné l’empereur Atahualpa, qui avait sous-estimé les forces de la centaine d’Espagnols débarqués sur ses rives. Tombé dans un piège facile, il fut emprisonné et une rançon fut exigée contre sa libération. Dans cette pièce au plafond bas, aux portes et aux fenêtres en forme de trapèze (typique de l’architecture inca), on peut alors imaginer les derniers jours du dernier empereur Inca avant son exécution. On dit que la rançon exigée était de remplir la salle d’or jusqu’à la hauteur du bras levé de l’Inca... A l’entrée du site, on peut admirer des peintures modernes racontant l’histoire d’Atahualpa et de la fin du règne inca.

Cumbe mayo

En quechua « KUMPI MAYO », son nom signifie le « canal bien fait »: il s’agit en effet d’un complexe hydraulique fait d’aqueducs creusés dans la roche en zigzag. C’est l’un des plus grands du continent. On ne sait pas quel en était l’usage exact, car Cajamarca n’a jamais manqué d’eau. Peut être était-ce une construction religieuse ? Des autels sculptés et trônes ont été taillés dans la pierre, des pétroglyphes et des fresques gravés à même la roche. Une légende mystérieuse veut que les représentations soient celles d’alpinistes morts. A proximité, des pics rocheux taillés par le temps ressemblent à des religieux avec leurs capuches. 

Eglise de San Francisco

C’est la façade extrêmement ouvragée qui attire en premier le regard, depuis la Place Centrale : faite de pierre volcanique, elle est surplombée de deux clochers relativement plus modernes que le reste de l’édifice. A l’intérieur, des retables recouverts de fines couches d’or rivalisent de beauté avec l’autel de style gothique et les décorations murales très chargées. 

Kuelap

C’est le site inca le plus incroyable et époustouflant après le Machu Picchu. Cette ville fortifiée de forme ovale qui rivalise avec le symbole des symboles inca en termes de grandeur et de conservation. Avec 3080m d’altitude, la vue panoramique sur les plaines alentours est incroyable. Un rempart massif de 30m de haut, 3 portes en entonnoir, 400 bâtiments réunis en 3 niveaux, souvent circulaires, des frises en zigzag, des tours de guets, ou encore des bas-reliefs en formes géométriques : tout est en place pour instiller l’admiration et le mystère. Mais le plus intrigant reste la chambre sous-terraine en forme de cône renversé : on y a trouvé des restes de sacrifices, ce qui laisse à penser que le site avait avant tout un but religieux. Tout autour, la végétation luxuriante, avec une diversité étonnante d’orchidées, donne l’impression d’être sur une autre planète.

Leimebamba

L’hospitalité légendaire des habitants fait la renommée de cette région ; cavaliers depuis des générations, ils aiment partager leurs traditions, et le font avec enthousiasme. De plus, la région recèle de sites archéologiques plus intéressants et émouvants les uns que les autres. 

Musée Leymebamba

La création de ce musée a eu pour but d’exposer et d’expliquer les objets retrouvés dans la Lagune du Condor : principalement des momies, mais aussi un grand nombre d’objets funéraires. C’est également un centre de recherche archéologique et anthropologique majeur dans la région, et il expose des différentes pièces (céramiques, tissus, etc.) des différentes civilisations qui ont vécu dans la région.

Plaza des armas de Cajamarca

C’est un haut lieu historique que cette Place d’Arme de Cajamarca : Atahualpa y reçut Pizarro, et il y fut plus tard exécuté. Aujourd’hui, il ne reste pas grand-chose de cet épisode tragique : les petites maisons basses de style colonial se succèdent autour d’une jolie fontaine  de pierre, dans un calme étonnant. 

Sarcophages de Karajia

Accroché à la falaise, ce site funéraire contient 6 cercueils de 2m de haut à forme humaine, construits dans différents matériaux (bois, paille, et terre séchée) ; ils se tiennent debout, sur des balcons, au dessus du vide. Certains se sont ouverts et dévoilent les objets rituels qu’ils contiennent. Cette méthode d’enterrement, d’environ 1000 ap.J.C., était réservée aux « grands » (guerriers, shamans, leaders), et les ossements et crânes qui jonchent le sol à côté des cercueils seraient ceux de leurs serviteurs. 

Chan-Chan

Il s’agit des restes de l’ancienne capitale de l’empire Chimu, ce peuple militaire, guerrier, à l’expansion rapide et sans pitié. C’est la ville préhispanique la plus impressionnante de tout le continent, et les constructions en adobe (boue séchée) ont incroyablement bien surmonté les épreuves du temps. Malheureusement, les intempéries ont, elles, largement contribué à sa dévastation : le phénomène d’El Niño et les pluies torrentielles qui en découlent ont coûté de larges parties de la ville aux connaissances des historiens. Les trésors d’or et d’argent, rassemblés lors des conquêtes, ont été éparpillés avec l’invasion espagnole. Aujourd’hui, le site reste immense (plus de 14 km²) et les différentes citadelles (quartiers) sont composées de différents bâtiments que l’on peut visiter : ici un palais administratif, ici un temple dédié au soleil, là des stèles funéraires et des tombeaux...

Chiclayo

Capitale régionale de Lambayeque, Chiclayo signifie «cité de l’amitié». Fondée par des missionnaires jésuites, c’est un carrefour majeur de la côte nord : passage vers la jungle amazonienne au niveau de Bagua, vers les Andes en direction de Cajamarca et vers le nord en direction de l’Equateur, c’est une étape incontournable dans un périple vers le nord péruvien. La générosité et l’ouverture de ses habitants n’a d’égal que la richesse des trésors anciens qu’elle recèle : le musée des Tombes Royales de Sipan, à quelques dizaines de kilomètres au sud de la ville ; les pyramides de Tucume (plus de 26 !), ensemble archéologique immense et complexe ; le musée de Ferreñafe, retraçant de manière très didactique, claire et ludique l’évolution des civilisations pré incas de la région… Et bien d’autres surprises que vous réserve la région de Lambayeque. 

Huaca de la luna

Plus petit que sa voisine, la Huanca du Soleil, la Huanca de la Lune est par ailleurs bien plus intéressante. Cette petite pyramide est constituée d’une multitude de petites salles pleines de céramiques et de métaux précieux ; d’autre part, une foule de frises et fresques ornent les murs, en bas-reliefs polychromes relativement bien préservés. C’est là que furent enterrés 107 guerriers sacrifiés ! Leurs corps sont maintenant dispersés dans plusieurs musées de la région. La construction de ce curieux édifice dura en tout plus de 600 ans : à chaque génération et à chaque époque, les dirigeants le réaménageaient, l’étendaient, le modifiaient. C’est donc par étape que les archéologues mettent à jour les différentes phases et découvrent petit à petit les restes de ces civilisations anciennes. 

Huaca del sol

Cette pyramide comptait autrefois plusieurs niveaux et était la plus grande de la culture Chimu. Aujourd’hui, les pluies diluviennes d’El Niño ont fait disparaitre une bonne partie de cette merveille archéologique : l’intérieur, cependant, est composé de plusieurs tombes dont plusieurs traces indiquent que le site aurait pu être un site cérémoniel important. De par la taille et la hauteur de la pyramide, la vue depuis le sommet est impressionnante. 

Huaca Rajada ou la tombe du Señor de Sipan

 C’est le nom donné à la momie retrouvée dans un état de conservation exceptionnelle dans une tombe royale mochica à proximité du village de Sipan. Cette excavation extraordinaire dans la Huaca Rajada a mis au jour des centaines d’objets, et fut véritablement la découverte du siècle pour la région. Au départ fouillée par des huaqueros, un archéologue s’y est ensuite intéressé, et fit appelle à la police quand il se rendit compte de la valeur de la découverte. L’intérêt des acteurs était tel que le conflit dégénéra en la mort d’un des pilleurs de tombe qui ne voulait pas céder le terrain… On y a trouvé une quantité impressionnante de bijoux précieux, de statues en or, d’armes, de mobilier, etc., témoignant du rang et du pouvoir du Seigneur de Sipan. De plus, avec lui, ont été enterrés deux hommes, deux femmes et un chien, signe de son rang et de son pouvoir : ces personnes ont probablement été sacrifiées au moment de la mort du propriétaire. Les tombes, aujourd’hui restaurées, comprennent quelques maquettes afin de restituer l’idée qu’on a de ce que devait être la tombe au moment où elle a été scellée.  Elle ressemble à une motte de terre ; c’est en réalité une pyramide en adobe (boue séchée) à moitié enfouie.

Huanchaco

Avec l’expansion économique récente de Trujillo, le petit village de pêcheur de Huanchaco a vite fait de se transformer en station balnéaire accueillant les citadins las des tourments de la ville, le temps d’un week-end ou pour passer des vacances reposantes. Malgré l’essor rapide de l’urbanisation, il a su garder son charme et son authenticité d’antan. On peut par exemple faire des excursions sur les caballitos de totora (voir le paragraphe Particularités du Pérou), se baigner sur les plages tranquilles, ou surfer sur d’autres plus agitées. Les restes archéologiques à proximité participent également à l’attraction de ce modeste village de pêcheurs.

Musée nacional de Sicán

Situé dans le petit village de Ferreñafe, cet incroyable musée est destiné à exposer des pièces archéologiques trouvées dans les dizaines de pyramides déterrées dans la zone du Bosque de Pomac, et de la culture Sican. Ces objets funéraires sont à couper le souffle : masques, statues, jarres, poteries diverses, le tout accompagné des explications nécessaires pour apprécier au mieux ces objets et leur provenance. 

Musée tumbas reales

Afin d’exposer le contenu extrêmement précieux de la tombe du Seigneur de Sipan, on a créé une réplique de la pyramide d’origine pour les organiser de la meilleure façon et les réinstaller dans leur cadre d’origine (ou le plus similaire possible). Le circuit de la visite du musée se passe dans le même ordre que celui dans lequel les archéologues ont découvert la tombe et les merveilles qu’elle contenait : des bijoux confectionnés à l’aide d’une technique particulièrement minutieuse (parmi les plus beaux de l’Amérique précolombienne), en particulier les boucles d’oreilles d’or et de turquoise de la momie ; des statues en or d’animaux ; des masques, des sandales en métal précieux ; et des parures en or. Ce musée est véritablement de stature internationale, tant de par les pièces exposées que de par la qualité de l’exposition et des explications données sur chacune des pièces. 

Le musée est située à Lambayeque,  à 10 km environ au Nord de Chiclayo, mais le site oú fut trouvé la tombe du señor de Sipan est situé à 40 km environ, à l'est de Chiclyo.


Place des armes de Trujillo

Le centre de la ville, à Trujillo comme ailleurs, est la place d’armes de la ville. Les belles façades qui entourent celle de Trujillo rivalisent d’élégance et de charme. Au centre, une belle statue représentant l’ange de la Liberté trône, et semble veiller sur ses habitants.  

Pyramides de Tucume

Cet immense complexe de 26 pyramides, d’habitations et de murs à moitié délabrés serait une des villes principales de la civilisation lambayeque. Sa morphologie a subi de nombreuses modifications, au fil du temps et des civilisations qui se sont succédées dans ces lieux. Les fouilles ne sont que limitées car il n’y a pas eu de grandes découvertes. On a une bonne vue d’ensemble sur le site depuis la colline du Purgatoire (elle doit son nom au fait que les espagnols jetaient les païens récidivistes non-chrétiens du haut de la colline). Un petit musée fort bien construit contient les pièces découvertes sur le site.

Trujillo

Capitale de la région de La Libertad, la ville de Trujillo est une ravissante cité coloniale au nord de Lima sur la côte pacifique. Héritière de la civilisation rayonnante des Chan Chan, d’innombrables restes jonchent la ville et ses alentours. Citons par exemple les pyramides de Moche, la plus grand du Pérou. Mais ils ne sont qu’une partie des charmes de la capitale régionale : l’histoire récente est toute aussi passionnante. Creuset de nombreuses révoltes (contre les colonisateurs, pour l’indépendance), c’est aussi le lieu de naissance de l’APRA, parti politique à l’origine marxiste et férocement contestataire, au début du siècle. Le climat agréable et la proximité avec des vallées fertiles et abondantes lui ont a valu son surnom de la « ville au printemps éternel ». Le charme de ses vieilles rues pavées, les fenêtres de fer forgé, les balcons de bois taillé et ses nombreuses petites églises, donnent un charme subtil au centre-ville. Et de plus, son dynamisme culturel et sa gastronomie fine sauront sans aucun doute ravir votre cœur.

Lima

La capitale du pays, Lima, accueille plus d’un tiers des péruviens, en une immense mégapole bruyante et assourdissante. La « cité des Rois » fut fondée par Pizarro, le conquistador de l’Amérique du Sud, en janvier 1535 et devient rapidement la nouvelle capitale (au détriment de Cusco), en regroupant toute les activités commerciales et administratives de l’empire. Lima devient alors l’emblème même de la colonisation et de la domination hispanique. Au cours des dernières décennies, de nombreux bidonvilles appelés «pueblos jovenes», les villages jeunes, se sont développés au pourtour de la ville, tels les favelas ou bidonvilles du Brésil, avec tous les problèmes et inégalités sociales que cela attire. C’est  une ville agitée, en mouvement perpétuelle, la capitale typique d’un pays en plein boom économique, qui réserve quelques joyaux de culture et d’histoire du pays à celui qui s’y attarde. La visite de la capitale inclut notamment une promenade à travers les quartiers à l’architecture de style colonial de Miraflores, San Isidro et du centre historique, avec l’ensemble architectonique de San Fransisco, petit bijou de l’héritage colonial : l’église de San Fransisco, La Soledad et El Milagro. Au programme également, la visite de catacombes qui conservent plus de 25 000 ossements humains.

A savoir sur le Pérou

La famille Péruvienne  La Gastronomie au PérouQuels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ?Langues au PérouCaballos de totora
La famille Péruvienne

La famille Péruvienne

C’est l’un des piliers fondamentaux de la société péruvienne. Si le film « Tanguy » a pu faire rire en France parce que, décidément, quand à 28 ans un fils n’est pas parti de la maison, l’heure est grave ; cet humour serait totalement incompris au Pérou. En effet, les jeunes (même quand ils ne sont plus si jeunes) restent chez leurs parents jusqu’à tard… très tard. Il n’est pas rare de voir des personnes de 35 ou 40 ans vivre encore chez leurs parents. Première raison évidente : les restrictions financières. Le monde du travail étant assez difficile et informel, rester chez ses parents reste la solution de facilité au niveau économique. Mais au-delà de cette explication matérielle, la réalité est que le poids de la famille est très, très fort dans la culture péruvienne. 
La mère a un statut presque sacralisé et fait de son devoir suprême le fait de servir ses enfants (et souvent aussi son mari) à tous les niveaux : repas, lavage des vêtements, rangement des affaires, etc. Pourquoi partir si Maman met un point d’honneur à tout faire pour soi ? Et pire, se sent abandonnée et reniée en tant que mère si l’on part ? Les fils, en particulier, sont ultra-choyés par leurs mères, qui les appellent « hijito » (mon fils, mon petit, mon tout petit) toute leur vie. Les pères sont aussi surprotecteurs avec leurs filles et ne laissent que difficilement des prétendants s’approcher. D’ailleurs, quand ils déménagent de chez leurs parents (au moment de se marier, souvent), c’est pour habiter dans la maison d’à côté, ou même dans une dépendance de la même maison. 
D’autre part, la solidarité familiale est extrêmement importante. Les relations sociales se font d’abord avec la famille, et ensuite avec d’autres personnes. La plupart du temps, ayant grandis entre cousins et cousines, les Péruviens devenus adultes sortent, dînent, se réunissent, passent leur temps entre membres de la famille. La grand-mère est souvent chargée de s’occuper des enfants pendant que les enfants vont travailler ; et le problème d’une personne est prise à bras le corps par toute la communauté. 
Il faut également savoir que la conception de « famille », au Pérou, est extensive. Il n’est pas rare d’appeler « tio » ou « tia » (oncle ou tante) des amis intimes des parents, bien qu’ils ne soient pas reliés par le sang. Par conséquent, les enfants de ces personnes sont nos « primos », nos cousins. Entre cette généralité et le fait que les familles ont encore tendance à être assez nombreuses, on voit donc qu’il n’est nullement besoin de sortir de la famille pour avoir une vie sociale.  



 La Gastronomie au Pérou

La Gastronomie au Pérou

Quels sont les plats typiques et emblématiques du Pérou ?

La cuisine péruvienne est, avec le foot, LA fierté nationale et le trait d’union entre toutes ces populations aux cultures et aux réalités très différentes. C’est véritablement une composante essentielle de la culture nationale. Reconnue (selon eux) comme la meilleure cuisine du monde, voici quelques pistes pour partir à la découverte d’un menu aussi varié que savoureux.

Les caractéristiques majeures de la cuisine péruvienne est la présence de riz à tous les repas (les péruviens ne peuvent pas concevoir un repas sans riz) accompagné de tubercules (pommes de terre, yuca et autre). La viande est présente dans presque tous les plats, ainsi que l’aji, une sauce qui se décline sous divers variantes mais qui ne manque jamais d’être très piquante. La soupe est un élément crucial du repas, et les menus disponibles sont à 80% composé d’une soupe et d’un plat principal (qui peut parfois être remplacée par une entrée).

On ne peut pas commencer à parler de la cuisine péruvienne sans parler du cebiche. Ce plat à base de poisson est le fer de lance de la fierté nationale péruvienne car le conflit avec le Chili (ennemi juré) à propos de l’origine de ce plat est encore extrêmement vif. Le principe est simple : prenez du poisson frais, coupez-le en petits dés, laissez-le cuire (oui, j’ai bien dit cuire) dans le jus de citron, ajoutez des lamelles d’oignons et de l’aji, ce piment local très fort, et servez très frais. Servi avec sa soupe de poisson, le chilcano, ce plat est tellement apprécié que même loin de la côte et dans les hautes montagnes des Andes, on fait importer du poisson de Lima pour faire des cebiche et les servir à toute heure. 

Plusieurs tendances culinaires (en fonction de la zone géographique) se déclinent à travers le pays. La comida criolla, originaire de la côte et fortement influencée par la cuisine espagnole et coloniale, est aujourd’hui répandue dans tout le pays. C’est celle qui fait sa reconnaissance internationale. L’aji de gallina est un plat à base de morceaux de poulet baignés dans une sauce jaune plus ou moins piquante, à base d’aji amarillo, variante jaune et douce du même piment que celui du cebiche. C’est lui que l’on utilise aussi pour la papa a la huancaina, entrée typique composée de morceaux de pomme de terre recouverts d’une sauce jaune légèrement pimentée. Délicieux. Autre entrée criolla, el escabeche de pollo : chou-fleur, carotte et oignon marinés dans du vinaigre, avec des lamelles de poulet. La papa rellena, littéralement ‘’pomme de terre fourrée’’, est une entrée où la purée de pomme de terre enrobe un fourrage fait de viande, carotte, petit pois, œuf dur, raisins secs, olives, que l’on frit. Ce même fourrage est utilisé dans le rocoto relleno : le rocoto est une forme d’aji plus grande, vert ou rouge, qui est dans ce cas fourré. La causa limeña est une sauce à base de mayonnaise et de thon coincée entre deux couches de pâte de pomme de terre, froide. Parfois, par manque d’accès à ce poisson, il est remplacé par du poulet. Toutes ces entrées peuvent aussi être consommées dans les marchés ou dans les rues comme piqueos, des snacks sur le pouce, comme le tamal, à base de farine de maïs ou autre, sucré ou salé, enrobé de feuille de bananier ou de maïs selon la région…

Dans les plats criollo, le carapulcra (très différent de son presque homonyme bolivien) est une sorte de mélange juteux à base de patate sèche de couleur marron, typique de la côte au climat chaleureux, mais encore une fois récupéré dans tout le pays. De même,l’arroz con pollo (riz et poulet, avec assaisonnement),l’arroz con pato (même chose avec du canard), oul’arroz con mariscos  (avec des fruits de mer). Le lomo saltado est un mélange de tomate et oignon à la poêle avec des frites et des morceaux de viande de bœuf. Le seco de res (de porc, mais aussi possible avec du poulet, du bœuf, etc.) est un plat avec seulement du riz et de la viande recouverte d’une sauce verte, succulente.

Pour les amateurs de viande, le Pérou est le pays des merveilles, tant par la qualité de la viande que par la diversité des préparations. La grande surprise que le Pérou vous réserve est le cuy (voir le paragraphe Particularités du Pérou). Le cuy chactado d’Arequipa ou al horno de Cusco sont différentes variantes. D’autre part, lechicharrónest un morceau  de viande de porc frit, grillé, servi avec du mote (mélange de maïs, de fèves, etc. bouillis) et des feuilles de menthe. Comme on dit, ‘’tout est bon dans le cochon’’ : même les tripes (la pansa), même l’estomac (le rachi, estomac de vache lavé, bouilli et frit)… Dans le poulet, les mollejitas sont une partie de l’appareil digestif de l’animal très recherchée. On en mange aussi les pattes, dans un plat appelé patita con mani (avec des cacahuètes). On en trouve partout dans le pays. De la même manière, les anticuchos se trouvent littéralement à tous les coins de rue : ce sont des brochettes de viandes (poulet, bœuf, et le plus typique : le cœur de bœuf) surmontées d’une pomme de terre, qui se mangent sur le pouce avec de l’ají. Et puis, un passage par le Pérou ne peut pas se concevoir sans goûter à la viande de lama… 

Des Andes, on retiendra particulièrement tous les types de tubercules : en dehors de la pomme de terre, il y a l’olluco (servi avec une sauce particulière), la yuca (sorte de manioque, souvent frite et servie avec de l’avocat), le camote (orange, sorte de patate douce), la virraca, la uncucha… Et les différentes préparations de ceux-ci : le chuño et la moraya sont des patates déshydratées, condensées, que l’on prépare souvent en soupe. Pendant la saison sèche, de mai/juin à octobre, on les prépare souvent en huatia : on construit un four de terre sèche à l’intérieur duquel on allume un feu. Quand les braises sont chaudes, on met les tubercules et/ou la viande, on fait s’effondrer le four au dessus, et le tout cuit lentement, récupérant le goût de la terre rouge des Andes. On trouve aussi quelques céréales typiques : lequinoa (voir Particularités pour plus de précisions), le tarwi, la kiwicha…De la forêt amazonienne, il faut mentionner la pachamanca : c’est un mélange de tubercules et de viandes enrobés dans une grande feuille de bananier, que l’on cuit dans la terre, sous une grosse pierre, un peu comme la huatia. Le plus typique de la région est la préparation de tout ce qui dérive de la banane : soupe de banane, farine de banane, pancake de banane, gâteau de banane, banane frite… ainsi que tous les poissons d’eau douce : le zungaro, le paiche, etc. 
En dehors de ces spécialités, classiques du Pérou, les Péruviens raffolent de certaines choses pas si typiques… Le chifa, mélange entre cuisine chinoise et ingrédients/saveurs péruviennes, est un succès total. De la même façon, le pollo a la brasa, simple poulet rôti servi avec des frites, une salade et parfois une petite soupe, est la diète hebdomadaire (voir plus) de tout le pays.

Pour les gourmands qui ne peuvent pas se passer de sucre, les desserts péruviens sont assez riches et variés, malgré le peu d’intérêt des Péruviens eux-mêmes pour les choses sucrées. Dans les gâteaux, il faut mentionner le tres leches (‘’trois laits’’), le suspiro a la limeña (très sucré et surmonté de meringue), la torta helada (‘’gâteau congelé’’, avec de la gélatine). D’autres douceurs sucrées qui valent le détour, les picarones, cette espèce de pâte de camote et de citrouille frite dans de l’huile bouillante et servie avec une espèce de miel –à en tomber à la renverse ; la mazamorra morada, une pâte un peu gélatineuse faite à partir de maïs violet bouillie et d’épice comme la cannelle et le clou de girofle, souvent accompagnée de riz au lait (arroz con leche). Niveau pâtisserie, pas grand-chose à part l’alfajor, rond, fourré de manjar blanco(comme le dulce de leche, crème de lait bouillie sucrée). Leturrón de doña Pepeest aussi à mentionner. 

Quant aux boissons, le Pérou a de nombreuses choses à vous faire découvrir. Pour commencer sans alcool, la chicha morada a pour beaucoup le goût du Pérou. Comme la mazamorra, faite à base de maïs violet bouilli avec quelques autres fruits, de la cannelle et des clous de girofle, on en vend à tous les coins de rue. Les boissons gazeuses appelées gaseosas sont très consommées : en dehors du Coca Cola typique et autres fanta et sprite, la particularité locale s’appelle l’Inca Kola : jaune fluorescent et au goût de chewing gum, les Péruviens ne vous laisseront pas repartir sans l’avoir goûtée. Puis, différentes infusions (mate) sont disponibles : de coca, d’anis, de camomille (manzanilla)…

En ce qui concerne les boissons alcoolisées, il faut évidemment commencer par le pisco : avec le cebiche, c’est l’autre rivalité avec le Chili. Il est principalement produit sur la côte au sud de Lima : liqueur de raisin distillée, il est à environ 40°. Son utilisation la plus connue est pour la confection du fameux Pisco Sour, cocktail à base de pisco, de jus de citron, de sucre et de blanc d’œuf. Un must des soirées péruviennes. On l’utilise aussi pour le cocktail appelé algarrobina, du nom de la gousse de mestique (sucrée et très protéinée) qui est sa composante principale, avec du pisco, du lait, du jaune d’œuf, du sucre et de la cannelle. En ce qui concerne les bières, elles sont assez diversifiées : la plus connue est la cusqueña, dans sa bouteille au design très particulier, la plus consommée (blonde ou brune) de par sa qualité nettement supérieure aux autres. Ensuite, la Pilsen, avec sa bouteille d’1,1 litre, la plus populaire lors des réunions de famille ou dans les communautés ; la Cristal, surtout consommée sur la côte ; laBramha pas forcément la meilleure, et donc légèrement en perte de vitesse. Avec la bière, le rhum est l’alcool le plus consommé (souvent mélangé avec des sodas). 

Le Pérou produit de très bons vins, bien que leur consommation ne soit pas particulièrement répandue. Pour cette raison, la majorité du raisin produit sur la côte (Ica, Nazca, Moquegua, etc…) est distillé pour en faire du pisco. Cependant, quelques vins sont à mentionner : le Borgoña, vin rouge extrêmement sucré (!!) est présent dans tous les points de vente.  L’une des grandes marques du vin péruvien est Tacama ; situé au sud de la ville d’Ica, ce vignoble importe depuis les années 1920 des plants et des technologies de France. La collaboration étroite avec des spécialistes français a, entre autre, participé à l’obtention de plusieurs prix internationaux. L’autre grand vignoble, Ocucaje, a aussi été récompensé de nombreuses fois au niveau international, tant pour leurs blancs que pour leurs rouges. Tabernero s’est, quant à lui, spécialisé dans les champagnes, plutôt secs, ainsi que dans les vins sucrés (qui connaissent un grand succès au Pérou). Enfin, les vins péruviens doivent faire face à la concurrence des vins chiliens et argentins qui sont importés en large quantité et très populaires au Pérou.

Les festivals de gastronomie sont importants au Pérou. Le plus connu est le festival de Lima nommé Mistura, littéralement «mélange» en espagnol, ce qui reflète bien à la fois la variété de la gastronomie péruvienne et celle des plats présentés à ce festival. A travers le pays, de multiples initiatives voient le jour : le festival PROVOCARTE, où la mise en ligne de vidéos de recettes et de préparations cherche à promouvoir et conserver les traditions péruviennes ; le Cusco Come (qosqo mijuy, ou encore Cusco Mange) ; la Feria de lagastronomía y el vina en Chiclana ; etc. De très grands chefs péruviens sont également reconnus internationalement : d’abord, Gaston Acurio, le co-fondateur de Mistura ; Pedro Miguel Schiaffino, dont la cuisine expérimentale et innovatrice a fait ses preuves ; Don Cucho la Rosa, connu pour ses recettes strictement traditionnelles mais incroyablement savoureuses et Patrick Vogin qui mélange de façon subtile la cuisine Française avec la cuisine Péruvienne dans son restaurant l’Indio Feliz de Aguas Calientes… Bref, pour les amoureux de bonne chaire, le Pérou vous attend pour vous faire découvrir la richesse et la diversité de ses coups de fourchette.


Quels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ?

Quels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ?

La musique au Pérou

Héritage de son histoire métissée et colorée, la musique (ou plutôt, les musiques) du Pérou sont d’une incroyable richesse et diversité. 

De l’époque pré inca, les Andins ont gardé plusieurs instruments : la zampoña, cette flûte de pan sur laquelle est jouée El Condor Pasa ; la quena, sorte de flûte en bois au son très distinctif ; le charango, espèce de mini guitare à douze cordes et aux harmonies très aiguës ; le pututo, coquillage dans lequel on souffle, telle la corne tyrolienne. Ces mélodies andines sont encore jouées dans toutes les communautés et accompagnent toutes sortes de danses : c’est l’image parfaite que l’on se fait de la musique péruvienne. L’air le plus classique dans ce genre est le huayno, à la fois mélodie et danse typique des Andes.

D’autre part, sur la côte, l’influence des rythmes afro-américains est très importante: le landó, accompagné de tambours et du cajon typique (caisse de résonnance utilisée comme percussion). Deux chanteuses incarnent cette tendance musicale : Susana Baca, nommée Ministre de la Culture en 2011, et Eva Ayllon, toutes deux d’origine noire, dont le charisme n’a d’égal que leur fierté pour leurs origines afro-américaines.

Et puis, hérité de la colonie pure, la musica criolla est un style qui est toujours très apprécié des Péruviens. Raul Garcia Zarate, le meilleur guitariste que le Pérou ait connu, s’est révélé par la musique créole. Deux chanteuses méritent d’être citées, Chabuca Granda et Lucha Reyes, dont les chansons constituent le répertoire classique des Péruviens, ce qui serait pour les francophones Edith Piaf ou Jacques Brel. 

En dehors de ces grandes tendances musicales, la musique à la mode est une fusion de plusieurs styles. Ce qu’on appelle la musique chicha est un mélange des sonorités des instruments andins, des rythmes de la cumbia importée de Colombie ou de Bolivie et des influences rock qui traversent toute l’Amérique Latine, pour donner le style inimitable du groupe Los Shapis.


Langues au Pérou

Langues au Pérou

Que parle-t-on au Pérou ?

L’espagnol est la langue officielle du Pérou, et la seule enseignée à l’école. C’est la langue des institutions publiques, des échanges commerciaux, et celle qui est communément la plus acceptée dans tout le pays. Cependant, la réalité bilingue du pays est incontestable. Dans toute la région andine et amazonienne, la population des villes mais surtout des campagnes, parle le Quechua, l’Aymara dans la zone de Puno et dans les environs du lac Titicaca, et différentes langues natives dans l’Amazonie. Il faut noter qu’entre un et deux millions de personnes ne parlent pas du tout l’espagnol, et ne parle que leur langue régionale maternelle. Cette diversité de langue est le reflet de la diversité de cultures qui existe dans le pays. C’est à la fois une richesse de par le dynamisme culturel que cela implique, et à la fois une difficulté majeure pour des thèmes aussi importants que l’éducation, la santé, bref, la vie en société.

En outre, il faut noter que l’anglais est très peu parlé (voire pas du tout parlé) par la population péruvienne. Seul dans les sites touristiques, hôtels-restaurants, ou compagnies aériennes, trouverez-vous la possibilité de parler anglais. Le français l’est donc encore moins. 

Caballos de totora

Caballos de totora

La totora est une espèce de roseau qui pousse tant sur les rives du lac Titicaca que sur le littoral péruvien. Depuis 3000 avant Jésus-Christ, ces roseaux sont utilisés par les pêcheurs Chimu ou Mochica pour construire des embarcations légères et rapides : les « petits chevaux de totora ». On les monte à la manière d’un surf moderne, profitant des vagues pour s’éloigner ou se rapprocher du littoral, et ainsi atteindre les bans de poissons. 
Le port le plus connu pour ces ‘’caballitos de totora’’ est celui de Huanchaco, bien que toute la côte péruvienne ait connu et connaisse encore ce phénomène. A Huanchaco, des compétitions de surf sur les caballitos de totora sont organisées chaque année.

Petites anecdotes sur le Pérou

Quels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ?Où se trouve la plus ancienne arène du continent Américain ?El condor pasa La feuille de coca… des indiens au coca-colaLe bonnet Péruvien, entre tradition et accessoire de mode
Quels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ?

Quels sont les propriétés de la maca ? Est-ce aphrodisiaque ?

La maca
Tout comme le quinoa, la maca est une plante qui pousse entre 3500m et 4200m d’altitude, où rien d’autre ne prend racine. On a pu retracer sa présence l’alimentation des habitants de la région grâce à la découverte de cette plante dans des restes préincas datant de 1600 av J.C. Il s’agit d’un tubercule assez charnu, dont on ne consomme en réalité que la racine. La préparation de la racine de la maca peut se présenter sous différentes formes : gâteaux, chips, farine, boissons… Ses propriétés alimentaires et énergétiques sont indiscutables : riches en protéines et en nutriments vitaux, elle favorise le système nerveux, la mémoire, et fait office de régulateur hormonal.
C’est surtout cette dernière propriété qui fait parler de la maca. Son surnom de « ginseng péruvien » ou de « viagra péruvien » découle de la propriété qu’on lui reconnait d’aphrodisiaque et de stimulant naturel. Ce serait un remède contre l’impuissance et la stérilité masculine. Les recherches scientifiques n’ont pas démontré de relation indiscutable entre les deux, mais cela n’empêche pas les Péruviens d’en consommer régulièrement, au petit déjeuner ou au goûter, dans l’espoir d’améliorer leurs performances...

Où se trouve la plus ancienne arène du continent Américain ?

Où se trouve la plus ancienne arène du continent Américain ?

La tauromachie au PérouLa tauromachie, aussi connue sous le nom de corrida de taureaux, est évidemment un des nombreux héritages de la colonie. En 1558, elle devient le spectacle officiel de la Vice-Royauté du Pérou, et jusqu’à l’heure d’aujourd’hui, c’est un divertissement très prisé des Péruviens. La représentation majeure de cet enthousiasme pour la corrida est la Feria du Señor de los Milagros, pendant tout le mois d’octobre jusqu’à début novembre. A Lima, les Arènes d’Acho, situées près du centre, accueillent des corridas tous les dimanches. Construites en 1766, ce sont les plus vastes et les plus anciennes arènes de tauromachie du continent sud-américain.En dehors de cette fête majeure de la tauromachie dans la capitale, les petits villages de campagne organisent leurs propres corridas. Mais par manque de moyen, le temps et l’énergie que coûte l’élevage de telles bêtes, le taureau n’est presque jamais mis à mort à la fin du combat, et il est même rarement blessé pour le simple divertissement des humains. Il s’agit réellement de mesurer la force de l’homme contre celle de la bête, et non de montrer sa mise à mort.

El condor pasa

El condor pasa

Probablement la mélodie andine la plus connue au monde. A l’origine, c’est une œuvre théatro-musicale du même nom, dont l’air principal a été composé au début du XX° siècle : c’est une reprise d’une mélodie typique des Andes, agencée en une histoire d’exploitation des indigènes dans les mines du Pérou. Le Condor représente l’aspiration à la liberté de ces populations opprimées.
Présenté en 1960 à Paris par le groupe péruvien Los Incas, cet air sera récupéré à maintes reprises (Simon and Garfunkel en 1970, entre autres) avec des paroles de plus en plus différentes. Depuis 2004, cet air est classé comme Patrimoine Culturel National, et on peut l’entendre très souvent aux quatre coins du pays.

 La feuille de coca… des indiens au coca-cola

La feuille de coca… des indiens au coca-cola

La feuille de coca, tantôt vénérée, tantôt combattue, a toujours occupé une place prépondérante dans les différentes civilisations qui ont peuplé le Pérou actuel. En effet, à l’origine, c’est une plante sacrée des Andes que l’on utilisait (et que l’on utilise encore) dans de nombreux rituels, comme l’offrande à la Pachamama, etc. Mais lors de la colonisation espagnole, le clergé chrétien l’a condamnée comme « feuille du diable », un des nombreux dispositifs ayant pour but de déraciner la culture et les croyances locales pour imposer le christianisme à ces peuples païens.A la fin du XIX° siècle, l’américain John Pemberton mélange cette feuille andine avec du vin rouge français, inventant par là même l’ancêtre du Coca-Cola. Puis, le mélange de la feuille de coca avec la noix de kola a produit une boisson stimulante et énergisante. Jusqu'à l’heure d’aujourd’hui, la Coca Cola Company achète quelques centaines de tonnes de feuilles de coca par an pour la confection de la fameuse boisson gazeuse.
A partir des années 1960, le narcotrafic commence à s’étendre peu à peu sur le continent sud-américain, et la culture de la feuille de coca commence à devenir celle des paysans pauvres qui cherchent à gagner un petit peu plus en cultivant la coca au lieu de produits agricoles aux prix en chute libre. Dans les années 1990, les programmes de lutte contre la production de coca vont bon train. Le seul ayant eu une répercussion positive sans pour autant exciter le mécontentement des paysans a été le blocus aérien entre la Colombie et le Pérou, empêchant par là même le commerce des substances nécessaires pour la production de pâte basique de la cocaïne. Des programmes de desarrollo alternativo, développement alternatif, soutenant la production agricole pour éviter un détournement de la main d’œuvre vers la culture du coca, ont été mis en œuvre, mais la plupart sont de véritables échecs du fait, entre autre, des bas prix des produits agricoles qu’on tentait de substituer à la culture de la coca. 
Malgré la mauvaise image internationale qu’a cette petite feuille, les paysans péruviens continuent à la mâcher et à l’utiliser dans les rituels andins. En effet, les propriétés vertueuses de cette feuille sont innombrables. Radicale contre les maux de têtes et autres symptômes du mal d’altitude, contre la fatigue du travail physique avec le peu d’oxygène disponible, coupe-faim (deux des principales raisons pour lesquelles les paysans andins mâchent cette précieuse feuille tout au long de la journée), aidant la digestion, analgésique… On peut la mastiquer doucement afin d’en extraire le jus, et y ajouter de la llijta un peu sucrée pour passer son goût amer, ou la prendre en infusion. Mais attention, malgré tout, la feuille de coca est toujours considérée internationalement comme une drogue ; ne tentez pas d’en ramenez chez vous, vous risquez de passer un sale moment à l’aéroport...

Le bonnet Péruvien, entre tradition et accessoire de mode

Le bonnet Péruvien, entre tradition et accessoire de mode

Qui aujourd’hui ne connait pas le fameux bonnet péruvien ?... Entre toutes les ‘’marques de fabriques’’ de ce pays, le bonnet qui couvre les oreilles est de loin le plus répandu à travers le monde. L’origine exacte de ce bonnet est inconnue : certains disent que ce serait un mélange entre la culture huari et les espagnols, ou dérivé du béret espagnol auquel on aurait rajouté des oreilles (pour le froid) et des motifs incas… Toujours est-il qu’aujourd’hui, ce bonnet est omniprésent non seulement dans les campagnes péruviennes mais aussi tout autour du monde.
En effet, les Indiens Quechua, en particulier les hommes, portent ces bonnets faits de laine aux couleurs naturelles pour se protéger du froid de la haute altitude. Les motifs variant selon les lieux et les ethnies, les cultures locales se le sont véritablement approprié, chacune à sa manière. C’est à travers l’influence de chanteurs comme Manu Chao que ce bonnet a commencé à être à la mode dans des milieux sociaux complètement opposés et éloignés des Indiens Quechua. Revendiquant la culture latino-américaine et ses racines amérindiennes, Manu Chao a pris le bonnet péruvien comme symbole de sa revendication –celui-ci devenant le symbole même de l’Amérique Latine aux yeux de la société européenne. Puis, avec l’utilisation qu’en fait Jamiroquai, autre chanteur ‘’branché’’, ce bonnet devient un simple article de mode… Aujourd’hui, on peut le trouver dans presque toutes les villes d’Europe, ainsi que dans tous les sites touristiques du Pérou. Il vous sera donc bien utile contre le froid des hautes Andes, et de retour en France, vous pourrez vous vanter d’avoir un « vrai » bonnet péruvien.

Circuito de las aguasPlace des armes à LimaPirámides de Túcume à LambayequeSeñor de Sipan - Huaca Rajada à LambayequePoste centrale de LimaLarcomar - Côte Verte à LimaVue panoramique de LimaQuartier d'affaire de LimaLe palais de l'archevêque de Lima