Explorateur de nature

Pérou Essentiel

15 jours / 14 nuits    difficulté: 1/3

Pérou Essentiel

15 jours / 14 nuits      difficulté: 1/3


Demande d'informations
Demande d'informations et de tarifs
(En gras: les champs obligatoires)




Votre date de naissance

Date du début du voyage
Recommandez cette page à un ami




Iles BallestasIle AmantaniPort de ChorillosMirador de Yanahuara en ArequipaVue Panoramique à CuscoCircuito de las aguasArequipa à RuesPoste centrale de LimaRéserve nationale de Paracas

Laissez de côté le superflu et privilégiez l’essentiel pour votre voyage au Pérou ! Ce séjour tout spécialement destiné aux voyageurs expérimentés permet de découvrir les incontournables du Pérou et de profiter des charmes de ses villes en totale liberté.


Jour 1 - Arrivée à Lima

Jour 2 - Lima / Transfert à Pisco

Jour 3 - Iles Ballestas et trajet vers Nazca en bus de ligne

Jour 4 - Journée libre à Nazca et Nazca/ Arequipa en bus de ligne de nuit

Jour 5 - Journée libre à Arequipa

Jour 6 - Canyon de Colca

Jour 7 - Canyon de Colca - En route pour rencontrer le Roi des Andes !

Jour 8 - Iles Uros et Amantani

Jour 9 - Ile de Taquile

Jour 10 - Traversée de l’Altiplano

Jour 11 - Cusco

Jour 12 - Matinée libre à Cusco et transfert à Aguas Calientes

Jour 13 - Machu Picchu

Jour 14 - Journée libre à Cusco

Jour 15 - Cusco / Lima

Les étapes de votre voyage

Lima et sa région

Lima

Arequipa

Arequipa est la deuxième ville la plus peuplée du pays, après Lima. S’étendant sur un plateau à 2 380m, elle est dominée par l’imposant volcan Misti. Son surnom, «  la ville blanche », est dû à son centre historique construit à base de pierres volcaniques blanches, le sillar. Entre les monuments les plus remarquables de ce centre, le Monasterio Santa Catalina est tout un symbole. Mais le charme d’Arequipa réside dans son atmosphère chaleureuse, animée, pleine d’étudiants, d’artistes et de petits parcs pleins de fraîcheur… Les habitants de cette ville sont si fiers qu’ils se disent parfois ‘’indépendantistes’’. On les comprend un peu : cette ville est un petit bijou au style particulier dans le paysage péruvien

Canyon de Colca

A quatre heures de route environ, au nord d'Arequipa s'étend l'impressionnant canyon de Colca, le plus profond du monde avec jusqu’à 3400 m de profondeur à certains endroits (deux fois plus que le Gran Canyon des Etats-Unis !). Entouré des hauts sommets volcaniques, il s’étend sur plus 100km. Le fleuve  Colca coule au fond de la vallée ; il est parsemé de petits villages typiques, dont les habitants cultivent encore les terrasses construites à l’époque inca. Le canyon est surtout l’endroit idéal pour l’observation d’un emblématique animal andin : le condor. A Cruz del condor (la croix du condor), ils se rassemblent tôt le matin et volent parfois à quelques mètres des visiteurs  regroupés au bord de la falaise.

Le minuscule village de Cabanaconde est la base d’exploration du canyon de Colca : c’est là qu’il plonge le plus profond dans les antres de la terre. On y accède par des minibus en provenance de Chivay. 

Chivay

Chivay est un petit village situé dans le canyon de Colca à 3600 mètres d’altitude. Lieu de passage obligé lors de la visite du canyon de de Colca, la plupart des voyageurs choisissent de dormir à Chivay pour sa structure hôtelière, ses sources thermales et son typique marché.

Cruz del Condor

L’arrivée à ce point de vue est considérée comme le clou du spectacle en ce qui concerne la visite du le Canyon du Colca. Son nom, « la croix du condor », vient de l’incroyable densité de colonies de condors qui nichent dans les corniches alentours, et qui s’approchent extrêmement près de la falaise pendant leur vol –et donc des visiteurs ; et de la présence d’une immense croix au niveau du Mirador. La vue plongeante sur les 1200m de profondeur du canyon, la rivière au fond, les pics qui en sortent et les volcans environnants (l’ombre du Mismi surplombe tous les environs), rend l’observation du vol des Condors d’autant plus impressionnante. C’est le matin qu’il est le plus probable de les voir : le soleil commençant à réchauffer la roche, ces majestueux oiseaux prennent leur envol et commencent à planer au dessus de ce paysage de rêve. 

Patapampa

Le col de Patapampa, point le plus haut en direction du canyon de Colca (et certainement également de votre voyage au Pérou) culmine à 4910m d’altitude.  Vous y trouverez souvent de la neige et pourrez observer les sommets alentours tels que les volcans d’Ampato, Sacanbaya et Hualca-Hualca

Iles Ballestas

Accessibles uniquement en bateau, ces îles abritent une quantité étonnante d’espèces marines. On passe par des grottes, des pics de roche isolés où se dorent au soleil quelques lions de mer, avec le survol des cormorans de Bougainville et des pélicans au dessus de nos têtes. Dans l’eau, dauphins et manchots de Humboldt font la course. Sur l’île, des colonies entières de flamants roses profitent de leur journée. Une excursion vraiment particulière, dû à l’incroyable densité de la biodiversité.

Nazca

Les célèbres lignes de Nazca… Elles continuent à alimenter les spéculations les plus folles. Dessinées à même le sable et la roche des dunes qui environnent la ville elle-même, elles forment des géoglyphes aux formes étranges, des animaux, des formes géométriques, etc. La meilleure façon pour apprécier l’ampleur des travaux est de les survoler en avionnettes, pour un circuit de 30min environ. En outre, plusieurs musées expliquent l’histoire de ces signes et de la civilisation du même nom qui les aurait tracées entre 300 av JC et l’an 800 ; d’autres restes archéologiques de premier intérêt bordent la ville ; et un immense parc naturel commence là et s’étend en direction de Cusco. La ville est devenue hypra-touristique, mais ses trésors en valent vraiment la peine.

Paracas

A une vingtaine de kilomètres de Pisco, le petit village de Paracas est entouré de plages, de palmiers, de restaurants tranquilles bercés par la brise et de stands à coquillage. Mais c’est surtout pour le parc naturel de sa presqu’île que l’on vient à Paracas. Le mariage du désert et de la mer a permis à des milliers d’espèces de fleurir dans un environnement de toute beauté : poissons, oiseaux, mammifères… Le parc contient aussi d’incroyables pièces archéologiques de la civilisation du même nom que la ville (céramiques, poteries, etc.), ainsi que des ruines vieilles de plus de 5000 ans !

Route Nazca-Arequipa

Le trajet entre Nazca et Arequipa, lorsqu’il est réalisé avec un transport privatif, propose quelques arrêts intéressants.

Aguas Calientes

Aguas Calientes (aussi appelé MAchu Picchu Pueblo) est la porte d’entrée du célébrissime Machu Picchu, Aguas Calientes est le village qui se situe au pied du la montagne qui abrite le sanctuaire. Son nom, qui signifie ‘’eaux chaudes’’ en espagnol, vient de la présence de sources d’eaux thermales dans les environs immédiats de la ville. Aujourd’hui entièrement tournée vers le tourisme, l’atmosphère y est moins authentique mais non moins agréable : la chaleur de la jungle proche, les rideaux de nuages qui passent et se dépassent, les différents bars et l’ambiance décontractée et enthousiaste de ceux qui vont connaitre l’une des 7 merveilles du monde… Le passage à Aguas Calientes avant de ce diriger vers le site de Machu Pichu, la seule et unique alternative étant le trek du chemin des Incas. 

Andahuaylillas

Juste avant d’arriver à Cusco, Andahuaylillas est célèbre avant tout pour sa splendide église de style baroque. Surnommée la Chapelle Sixtine des Andes, l’école cusquénienne atteint ici l’apogée de son art : outre les peintures spectaculaires, l’église contient un petit trésor d’objets religieux en or et en argent, fierté des habitants du village. 

Cusco

Du quechua «le nombril du monde», Cusco est la majestueuse héritière de l’empire Inca, le Tawantinsuyo –ou de ce qui en reste. Située à 3400 m d'altitude, elle compte environ 300 000 habitants. Pendant longtemps, Cusco a été un carrefour crucial sur l'axe de communication économique transandin ; cependant, avec la concentration des activités commerciales à Lima (capitale coloniale), la capitale impériale s'est endormie et a sombré pendant longtemps dans l’oubli. Le réveil a dû attendre l’arrivée des touristes, émerveillés par les murs incas qui parsèment la ville ou encore par le Temple du Soleil, le Qoricancha, centre suprême de la religion inca tournée vers les pouvoirs de la nature. Aujourd’hui, le centre ville est un mélange subtile et enchanteresque d’architecture inca et de style colonial espagnol, que surplombe un imposant Christ Blanc (Cristo blanco). La promenade dans ces jolies rues tranquilles, qui mènent à la Place d’Armes bordée par ses églises et ses jardins, a réellement quelque chose de magique.

Machu Picchu

Rêve de tout voyageur en Amérique Latine, le Machu Picchu est une légende depuis longtemps ; c’est le site archéologiques inca le plus célèbre de par le monde, et une icône de la culture préhispanique latino-américaine. Son nom quechua signifie ‘’vieille montagne’’ ; c’est une ancienne citadelle, perdue pendant longtemps, redécouverte et révélée au monde par l’archéologue américain Hiram Bingham, qui écrivit un best-seller à son sujet (voir le paragraphe Particularités du Pérou). Accrochée au milieu de pics isolés, recouverte de végétation luxuriante, le paysage contribue à donner son atmosphère féérique au Machu Picchu. Libre à chacun de s’imprégner de l’atmosphère si particulière de ce lieu, en déambulant parmi ses terrasses. Pour les plus sportifs, il est fortement conseillé de faire l’ascension au Huayna Picchu (‘’montagne jeune’’), d’où la vue panoramique sur le site est les environs est saisissante, mais penser à réserver, car son accès est limité à 400 personnes par jour. Malgré les flots de touristes qui y passent tous les jours, visiter le Pérou et ne pas visiter le Machu Picchu, ce serait un peu comme manger du pain sans fromage…

Ollantaytambo – village

Ce magnifique village marque la fin de la vallée sacrée, avant d’entamer le plongeon vers les vallées humides. Posé sur la plaine traversée par le fleuve Urubamba, le plan d’urbanisation et l’organisation des bâtiments nous viennent directement de l’époque inca : les fondations sont intactes, et originales d’il y a 500 ans. C’est l’organisation urbaine inca la mieux préservée de tout le Pérou. Ses petites rues pavées, sinueuses, donnent sur des lots de maisons (appelées canchas) organisés autour de petits patios et une entrée unique, avec un portail inca. Dans la cour intérieure, les petits animaux domestiques (cuy, poules, etc.) gambadent gaiment. La vie des habitants non plus n’a pas beaucoup évolué depuis l’époque inca… Quelques belles randonnées sont aussi à explorer, de part et d’autre du fleuve Urubamba. 

Raqchi

Dans la région de l’Altiplano, le temple de Raqchi est probablement l’un des plus incroyables qui soient sur le continent. Près de Sillustani, ce complexe architectural dédié au dieu premier des Incas, Wiracocha, contient 6 patios et 8 petites rues, entourés de colonnes de 8m de diamètre : c’est tout ce qu’il reste des 200 maisons qui jadis trônaient là. Les restes d’une fontaine à 5 sources se situent à côté de sources d’eaux chaudes ; une ancienne prison et des restes de murailles qui protégeaient le chemin inca sont aussi à visiter. Les ateliers d’artisanat, spécialisés dans les céramiques, sont hauts en couleurs.

Vallée sacrée des Incas

A une trentaine de kilomètres à peine de la ville de Cusco, la Vallée Sacrée des Incas est un espace agricole très fertile, grâce à présence de la rivière Vilcanota. Les Incas y avaient appris à dominer la culture du maïs, grâce entre autre à l’invention des cultures en terrasses. Allant de Pisaq à Ollantaytambo, c’est aussi l’emplacement d’importants centres cérémoniels qui le jonchent ; la vallée se termine par la descente vers le Machu Picchu. Aujourd’hui, cette vallée est un centre de grand intérêt archéologique au niveau mondial, où les visiteurs viennent des quatre coins du monde pour admirer l’œuvre incroyablement préservée des grands constructeurs incas. 

Lima

La capitale du pays, Lima, accueille plus d’un tiers des péruviens, en une immense mégapole bruyante et assourdissante. La « cité des Rois » fut fondée par Pizarro, le conquistador de l’Amérique du Sud, en janvier 1535 et devient rapidement la nouvelle capitale (au détriment de Cusco), en regroupant toute les activités commerciales et administratives de l’empire. Lima devient alors l’emblème même de la colonisation et de la domination hispanique. Au cours des dernières décennies, de nombreux bidonvilles appelés «pueblos jovenes», les villages jeunes, se sont développés au pourtour de la ville, tels les favelas ou bidonvilles du Brésil, avec tous les problèmes et inégalités sociales que cela attire. C’est  une ville agitée, en mouvement perpétuelle, la capitale typique d’un pays en plein boom économique, qui réserve quelques joyaux de culture et d’histoire du pays à celui qui s’y attarde. La visite de la capitale inclut notamment une promenade à travers les quartiers à l’architecture de style colonial de Miraflores, San Isidro et du centre historique, avec l’ensemble architectonique de San Fransisco, petit bijou de l’héritage colonial : l’église de San Fransisco, La Soledad et El Milagro. Au programme également, la visite de catacombes qui conservent plus de 25 000 ossements humains.

Ile Amantani

Tout comme sa voisine Taquile, Amantani est relativement éloignée du littoral au départ de Puno, soit environ 4h. Et également comme Taquile, l’organisation sociale est remarquable : collectivisation du travail, des ressources apportées par le tourisme et par l’artisanat… L’activité dominante de l’île est l’agriculture : avec les terrasses de style inca, les céréales, tubercules et fèves sont la base de l’alimentation. D’autre part, l’artisanat est important, que ce soit la céramique, la laine ou encore le cuir. Moins touristique que Taquile, la beauté des paysages, des promenades et des ciels étoilés (attention au froid la nuit…) est à couper le souffle. Il est possible de dormir chez l’habitant, et on se déplace exclusivement à pied entre les 8 petits hameaux de l’île. Sur les deux sommets, à 300m au dessus du niveau du lac, des vestiges de l’empire de Tiahuanaco sont le centre des offrandes aux dieux de la nature de la religion altiplanique. 

Ile Taquile

L’île de Taquile, à 3h de Puno en bateau, est véritablement splendide, tout autant que les habits de ses habitants : en effet l’île est connue pour son artisanat, et l’expertise des femmes dans le domaine du textile. L’organisation sociale sur l’île est assez exceptionnelle : toute l’industrie touristique (entre autre) est gérée par la communauté à travers un conseil qui change de membres régulièrement ; les fonds qui entrent dans l’île sont mis en commun puis répartis par ce même conseil ; le travail est collectivisé… A Taquile, les vêtements ont un rôle social de premier ordre : ce sont les hommes qui tricotent leurs bonnets dont la couleur dépend de leur statut marital, rouge pour les hommes mariés, blanc et rouge pour les célibataires. A travers les symboles qu’utilisent les femmes dans leurs ouvrages tissés, on peut découvrir toute une partie de leurs croyances, de leur cosmovision, ainsi qu’un certain nombre d’habitudes sociales de la vie quotidienne sur l’île.

Iles Uros

Les îles Uros sont des îles flottantes, construites à partir de la ‘’totora’’, ce roseau qui pousse sur les rives du le lac Titicaca. On l’entremêle de façon très serrée sur un mètre de haut, avant de le pousser à l’eau ; ils mesurent environ 10m sur 10. La nature du roseau, qui flotte, et le travail de ‘’tissage’’ de celui-ci, donne sa propriété de légèreté et résistance aux îles. Pendant longtemps, ces îles étaient nombreuses, construites et habitées par un peuple de pêcheurs nomades qui se déplaçait à travers le lac en suivant les bancs de poissons qui constituaient la base de leur alimentation. En outre, ce nomadisme répondait à la nécessité d’échapper aux attaques des peuples conquérants ennemis (comme ont pu l’être les Aymaras ou encore les Incas). Aujourd’hui, on ne peut visiter ces îles qu’à travers un circuit touristique relativement organisé, où des explications sont données sur les origines et l’évolution du peuple Uros ; on peut acheter de l’artisanat en totora ou naviguer sur un bateau du même matériel .

L'Altiplano entre Puno et Cusco

Le plateau entre Cusco et Puno et l’une des régions habités les plus haute au monde, cette plaine de haute altitude est quasiment désertique mais propice à l’élevage de camélidés comme l’alpaga ou le lama.
Les paysages sont grandioses et certains villages ou site archéologiques peuvent se visiter.

La Raya

Ici, au point le plus haut de la route entre Puno et Cusco (4312m), l’Altiplano prend toute son ampleur et dévoile sans aucune retenue ses merveilles : au milieu des grandes étendues froides et désertiques, où le ciel est à portée de main, l’église aux couleurs flamboyantes, jaune et rouge, rivalise de splendeur avec les couleurs naturelles des paysages environnants. 

Lac Titicaca

Le lac Titicaca provoque à lui seul la rêverie et l’enthousiasme des voyageurs qui passent par les hauts plateaux des Andes. Au cœur de cet espace mythique et mystique, une série d’îles plus ou moins éloignées du littoral abrite des lieux et des vestiges absolument magnifiques, comme hors du temps.

Pucara

A environ 60km de Juliaca, sur la route entre le lac Titicaca et la ville de Cusco, le petit village de Pucara, du même nom qu’une des premières civilisations ayant peuplé l’Altiplano, accueille un centre cérémoniel inca majeur, qui surplombe le village. La renommée de Pucara vient des petits taureaux en terre cuite que l’on place sur le toit des maisons pour attirer la bonne fortune sur le foyer : le ‘’torito de Pucara’’. On y trouve également quelques très belles céramiques, ainsi qu’un joli musée qui présente très bien la civilisation pucara.

Puno

La ville principale de l’Altiplano péruvien est Puno : sur les rives du lac Titicaca, donc à quelques 3800m d’altitude, c’est un point de passage majeur dans la région. La préservation des traditions et des coutumes andines est particulièrement forte : les femmes sont vêtues de leurs grandes jupes (polleras) et portent leurs chapeaux ronds plus que dans n’importe quelle autre ville du Pérou. C’est une excellente base pour découvrir la région et bien évidemment le lac. Le meilleur moment pour visiter Puno est incontestablement pendant la fête de la Virgen de la Candelaria, en février, où musiques, danses et costumes andins rivalisent de couleurs et de gaité. 

A savoir sur le Pérou

Le système éducatif au PérouQuels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ? Qui sont les principaux auteurs Péruviens ?Quel est le niveau de la santé au Pérou ?Langues au Pérou
Le système éducatif au Pérou

Le système éducatif au Pérou

Quel est le niveau éducatif et scolaire au Pérou ?

Officiellement, et selon la Constitution, l’éducation au Pérou est gratuite et obligatoire dans les institutions publiques jusqu’à l’école secondaire. La réalité est pourtant bien différente de cette déclaration d’intention. 

Comme pour le secteur de la santé, le clivage entre école urbaine et école rurale est flagrant. Ce sont les problèmes intrinsèques à la vie en campagne : les centres éducatifs sont souvent très éloignés du lieu de vie des enfants (plusieurs heures de marche par jour sont souvent nécessaires) ; la réalité des enfants dans les campagnes est très différente des villes (ils doivent obligatoirement participer aux tâches de la famille, emmener les bêtes au pâturage, couper du bois, etc) ; de plus, l’éducation interculturelle-bilingue est plus un vœu pieu qu’une réalité (ce qui limite les possibilités d’apprentissage des enfants de peuples autochtones) et il n’y a souvent qu’un professeur pour tous les niveaux. Le caractère obligatoire de l’éducation est donc fortement limité par la situation géographique.

De plus, le caractère gratuit est lui aussi à relativiser. Officiellement, l’école est gratuite, et l’inscription n’est conditionnée à aucun paiement. Cependant, l’inscription à l’APAFA (Association des Parents d’Elèves) est obligatoire, et est relative au ‘’prestige’’ de chaque établissement. De plus, jusqu’à l’heure d’aujourd’hui où la question fait débat, l’obligation d’acheter des livres scolaires neufs (par pression des grandes éditions) ainsi que qu’un uniforme est une réalité dans un grand nombre d’établissements même publics, bien que son obligation soit interdite par la loi. Pour ces motifs, un certain nombre de familles péruviennes n’envoient pas leurs enfants à l’école, par manque de moyens économiques. 

Parmi ces classes sociales désavantagées, la population féminine est la plus touchée. L’éducation des filles n’est pas prioritaire par rapport à celle des garçons lorsque la famille n’a pas les moyens d’envoyer tous ses enfants à l’école. L’autre grande barrière à l’éducation des filles est le problème des grossesses adolescentes, qui poussent les jeunes filles de 14 à 17 ans à abandonner la segundaria (équivalent de collège + lycée). Le manque d’accès à la santé sexuelle oblige les jeunes filles à chercher coûte que coûte un travail qui puisse leur permettre de vivre décemment avec leur enfant, les empêchant par là même de finir leur éducation secondaire. 

Malgré cela, l’éducation au Pérou est en nette amélioration. L’exode rurale a favorisé l’envoi des enfants à l’école (plus accessible en ville que dans les campagnes : en arrivant en ville, les enfants sont à la charge d’un parent, d’un ami, d’une connaissance du village, et rentrent pendant les vacances) ; en conséquence, le taux d’alphabétisme s’est amélioré, passant la barre des 90% dans le courant des années 2000. Malgré les difficultés mentionnées, les efforts pour améliorer l’éducation rurale sont réels, et la croissance économique que connait le Pérou depuis 10 ans donne plus de moyens à l’Etat pour soutenir ces efforts ; l’éducation –primaire- est en nette progression par rapport à ce qu’elle était 15 ans auparavant.

Quels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ?

Quels sont les instruments de musique péruviens et les principaux artistes musicaux péruviens ?

La musique au Pérou

Héritage de son histoire métissée et colorée, la musique (ou plutôt, les musiques) du Pérou sont d’une incroyable richesse et diversité. 

De l’époque pré inca, les Andins ont gardé plusieurs instruments : la zampoña, cette flûte de pan sur laquelle est jouée El Condor Pasa ; la quena, sorte de flûte en bois au son très distinctif ; le charango, espèce de mini guitare à douze cordes et aux harmonies très aiguës ; le pututo, coquillage dans lequel on souffle, telle la corne tyrolienne. Ces mélodies andines sont encore jouées dans toutes les communautés et accompagnent toutes sortes de danses : c’est l’image parfaite que l’on se fait de la musique péruvienne. L’air le plus classique dans ce genre est le huayno, à la fois mélodie et danse typique des Andes.

D’autre part, sur la côte, l’influence des rythmes afro-américains est très importante: le landó, accompagné de tambours et du cajon typique (caisse de résonnance utilisée comme percussion). Deux chanteuses incarnent cette tendance musicale : Susana Baca, nommée Ministre de la Culture en 2011, et Eva Ayllon, toutes deux d’origine noire, dont le charisme n’a d’égal que leur fierté pour leurs origines afro-américaines.

Et puis, hérité de la colonie pure, la musica criolla est un style qui est toujours très apprécié des Péruviens. Raul Garcia Zarate, le meilleur guitariste que le Pérou ait connu, s’est révélé par la musique créole. Deux chanteuses méritent d’être citées, Chabuca Granda et Lucha Reyes, dont les chansons constituent le répertoire classique des Péruviens, ce qui serait pour les francophones Edith Piaf ou Jacques Brel. 

En dehors de ces grandes tendances musicales, la musique à la mode est une fusion de plusieurs styles. Ce qu’on appelle la musique chicha est un mélange des sonorités des instruments andins, des rythmes de la cumbia importée de Colombie ou de Bolivie et des influences rock qui traversent toute l’Amérique Latine, pour donner le style inimitable du groupe Los Shapis.


 Qui sont les principaux auteurs Péruviens ?

Qui sont les principaux auteurs Péruviens ?

La littérature Péruvienne

La littérature péruvienne est particulièrement riche et complexe. De la période préhispanique, ne restent que des poèmes et des récits oraux, souvent en Quechua, mais dont la tradition dans les communautés rurales reste vivace. Les premiers écrits qui nous sont parvenus datent de la colonisation, avec les chroniques de Felipe Guamán Poma de Ayala, critiques violentes de la domination espagnole et chrétienne. A peu près à la même époque, l’Inca Garcilaso de la Vega, fils d’un espagnol et d’une princesses inca, est moins virulent dans sa critique sociale et tente au contraire de concilier et de faire cohabiter les deux cultures dans des descriptions précieuses de la société de l’époque.

A partir de l’indépendance du pays, au XIX° siècle, un courant romantique, réaliste et naturaliste traverse tout le pays ; quelques personnalités se démarquent, comme Ricardo Palma, avec son œuvre ‘’Traditions’’ et la Bibliothèque municipale de Lima, ou plus à la marge de la société, deux femmes, Clorinda Matteo de Turner et Flora Tristan, une franco-péruvienne dont les écrits féministes inspirent encore aujourd’hui les luttes pour l’égalité des genres. 

Le XX° siècle a été une époque prolifique des lettres péruviennes. César Vallejo, est sans conteste le plus grand poète péruvien ; on considère qu’il a révolutionné la littérature latino-américaine, au même titre que Pablo Neruda. Il vécu même un temps en France aux côtés de son épouse, française. L’autre mouvement très important est l’indigénisme : fondé en 1926, il revendique une libération des Indiens de leur condition de domination sociale, de misère et d’injustices. Le sociologue et romancier José Maria Arguedas, né en plein cœur des Andes, peint de façon pointue la vie et les souffrances des paysans quechuas dans ses romans Les Fleuves Profonds ou encore Tous les sangs, autant que leur univers magique, cosmique, rituel. L’autre grande figure de ce mouvement est l’écrivain Ciro Alegria : dans son œuvre maitresse «Vaste est le monde», il dresse le portrait d’une communauté indigène dans sa lutte pour se libérer de l’écrasante domination des grands propriétaires terriens, du gouvernement civil et des forces armées. Il fut également un activiste politique très important, ce qui le conduisit à être expulsé du pays et conduit à l’exil. 

De façon plus contemporaine, la littérature est tout aussi foisonnante. En dehors d’auteur comme Alfredo Elchenique ou encore Daniel Alarcon, elle a surtout fait parler d’elle au niveau international avec l’attribution du Prix Nobel de Littérature en 2010 à Mario Vargas Llosa, auteur de très nombreux romans comme La ville et les chiens, Le rêve du Celte, Conversation à la Cathédrale, etc. Très impliqué dans la vie politique de son pays natal, il a écrit un grand nombre d’essais politiques et, à l’époque, s’est même présenté contre l’ancien dictateur Fujimori, en 1990, lors de la 1° élection. Journaliste, essayiste, romancier, auteur et critique de théâtre, ses opinions ont un très grand poids dans la vie intellectuelle et sociale du pays.

Quel est le niveau de la santé au Pérou ?

Quel est le niveau de la santé au Pérou ?

La santé au Pérou

Ce qui caractérise l’accès à la santé des Péruviens, c’est l’inégalité profonde qui existe. Comme dans beaucoup d’autres domaines, le clivage ville/campagne, ainsi que littoral/reste du Pérou est criant. En termes de chiffres, l’espérance de vie varie entre 61 ans en moyenne dans la région de Huancavelica (une des régions les plus pauvres du pays, située dans les Andes) et 79 ans dans la ville de Lima. De même, la mortalité infantile passe de moins de 20 pour mille dans la capitale à plus de 80 pour mille dans certaines provinces. La dénutrition chronique est un problème grave en zone rurale, qui touche presque 50% des enfants de moins de 5 ans. Un problème fondamental des régions isolées du Pérou est la santé environnementale et le manque, par exemple, d’accès à l’eau potable et à un assainissement des eaux usées : dans les régions andines, jusqu’à 50% des communautés ne sont pas reliées à ces services d’hygiène de base. Ce problème se retrouve également dans de nombreux quartiers « jeunes » de grandes villes comme Lima, où des espèces de bidons-villes et d’urbanisation sauvage sont complètement oubliées par l’Etat. Les inégalités sont frappantes. 

Comme en Bolivie, une des barrières à l’accès à la médecine « officielle » est le gouffre culturel qui existe entre le médecin en blouse blanche et le malade vivant en campagne. D’abord, celui-ci ne parle que le quechua, ce qui limite grandement la qualité du service médical offert. Ensuite, il a une autre conception de l’hygiène et de la médecine. L’interculturalité est un sujet de débat et de réforme permanente pour le Ministère de la Santé ; par exemple, il est coutume, dans les Andes, de conserver comme un trésor le placenta d’une femme qui vient d’accoucher, car on lui accorde un nombre impressionnant de vertus. Or, souvent, le médecin refusait de rendre le placenta à la femme, par mesure d’hygiène, d’incompréhension ou de simple imposition de la supériorité de sa connaissance (« il faut en finir avec ces superstitions ridicules »). 

En outre, la santé sexuelle est très préoccupante au Pérou. Le taux de mortalité en couche est l’un des plus importants sur le continent, selon un rapport d’Amnesty International. L’avortement étant illégal sauf en cas de danger de mort pour la mère, les avortements clandestins coûtent régulièrement la vie à beaucoup de jeunes filles. Or, en l’absence d’une éducation sexuelle appropriée (éducation excessivement religieuse et/ou isolement géographique qui génère une désinformation inquiétante), la seule solution est l’avortement clandestin, ou alors de mener la grossesse adolescente à terme. Ce filles-mères entrent alors dans un cercle vicieux de pauvreté (elles doivent travailler et s’occuper d’un bébé à 15 ans) où l’accès à la santé est encore plus limité, pour elle comme pour leur enfant. 

L’accès à une couverture sociale est actuellement en pleine expansion. Depuis la création du SIS (Seguro Integral de Salud, en français Assurance Maladie Intégrale), l’accès gratuit aux services médicaux de base est accessible à un nombre grandissant de personnes, avec pour seule exigence la présentation de la Carte d’Identité. L’autre établissement public relativement accessible est Essalud, auquel est automatiquement affiliée toute personne qui est employée par un contrat. Si cela ne règle pas les problèmes de disponibilité de personnel, de matériel (surtout dans les campagnes), que le travail illégal (sans contrat) limite son utilisation, et qu’il ne couvre largement pas tous les aspects de la santé des Péruviens, ces établissements de sécurité sociale et d’attention au public sont tout de même une avancée notoire



Langues au Pérou

Langues au Pérou

Que parle-t-on au Pérou ?

L’espagnol est la langue officielle du Pérou, et la seule enseignée à l’école. C’est la langue des institutions publiques, des échanges commerciaux, et celle qui est communément la plus acceptée dans tout le pays. Cependant, la réalité bilingue du pays est incontestable. Dans toute la région andine et amazonienne, la population des villes mais surtout des campagnes, parle le Quechua, l’Aymara dans la zone de Puno et dans les environs du lac Titicaca, et différentes langues natives dans l’Amazonie. Il faut noter qu’entre un et deux millions de personnes ne parlent pas du tout l’espagnol, et ne parle que leur langue régionale maternelle. Cette diversité de langue est le reflet de la diversité de cultures qui existe dans le pays. C’est à la fois une richesse de par le dynamisme culturel que cela implique, et à la fois une difficulté majeure pour des thèmes aussi importants que l’éducation, la santé, bref, la vie en société.

En outre, il faut noter que l’anglais est très peu parlé (voire pas du tout parlé) par la population péruvienne. Seul dans les sites touristiques, hôtels-restaurants, ou compagnies aériennes, trouverez-vous la possibilité de parler anglais. Le français l’est donc encore moins. 

Petites anecdotes sur le Pérou

 Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?Le Caballo de pasoFriajes dans l’Amazonie Qu’est-ce que le phénomène de «  El niño » ? La feuille de coca… des indiens au coca-cola
 Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?

Quel est l’origine du coton Pima ? Où trouve-t-on du coton écologique et de grande qualité ?

Le coton Péruvien Pima
Le coton endémique  péruvien Pima (gossypium barbadense) est récolté par les peuples précolombiens depuis plus de 4000 ans dans le nord du Pérou, et plus spécifiquement dans la région de Piura. Ce coton est cultivé encore aujourd’hui sans pesticides et sans engrais, ce qui en fait un produit écologique. Le climat tropical, les terres riches et la pureté de l’eau, combinée à sa finesse et à sa longueur, en fait un des meilleurs cotons au monde.
Ce coton rare et d’une exceptionnelle qualité est appelé «  La soie des Andes ».
Les vêtements en coton péruvien Pima ont comme avantage d’être très respirants, résistants à la chaleur et à l’humidité, écologiques, lavables en machine à 40ºC et hypoallergéniques.

Le Caballo de paso

Le Caballo de paso

Qu’est-ce qu’un caballo de paso ou cheval de dressage Péruvien ?

Le Paso péruvien est une race de cheval typiquement péruvienne qui doit ses particularités au croisement entre cheval espagnol et cheval arabe. Du fait d’un certain isolement d’autres lieux d’élevages de ces animaux, ces caractéristiques se sont préservées de manière exceptionnelle à travers les siècles. L’une de ces caractéristiques principales est sa capacité et sa grâce pour le pas latéral, appelé le paso llano. On le retrouve particulièrement dans le nord du pays.

Friajes dans l’Amazonie

Friajes dans l’Amazonie

Vous pensiez que l’Amazonie était une des rares zones au monde à connaitre un ensoleillement constant, toute l’année, avec le thermomètre au beau fixe et une humidité étouffante ? Vous allez déchanter. 
En effet, en dehors de la saison de forte précipitation (donc souvent entre juin et septembre), des vents froids et secs venus des hauts plateaux des Andes font un petit tour du côté des zones basses. La température baisse alors soudainement, passant de 27° à quelques 9° ou 10° et faisant chuter le taux d’humidité de façon drastique. De plus, les vents sont régulièrement très forts quand ils passent à ces basses altitudes.
Ce phénomène peut causer un gros problème pour des cultures semi-constantes, comme le sont le cacao, le café, le thé etc. (ne supportant ni le froid ni le manque d’humidité), ainsi que pour des populations sensibles (enfants et personnes âgées) non habituées au froid en général. Mais, d’un autre côté, il semblerait qu’il soit bénéfique à la biodiversité et à l’endémisme biologique de cette zone. 
En tout cas, si vous pensez faire un tour dans le Sud de l’Amazonie péruvienne entre juin et septembre, pensez à prendre quelque chose à vous mettre sur le dos : tongs et petit short ne seront pas suffisants si vous tombez juste sur l’une de ces vagues de froid.

 Qu’est-ce que le phénomène de «  El niño » ?

Qu’est-ce que le phénomène de « El niño » ?

Le phénomène El Niño 
Le phénomène climatique ‘’El Niño’’ (l’Enfant, sous-entendu l’enfant Jésus) tire son nom de l’époque de l’année où il se donne, c'est-à-dire au moment de Noël. Des eaux chaudes arrivent de l’équateur jusqu’aux rives péruviennes, perturbant le climat normal. Son antithèse, la Niña, est le courant d’eau froide qui remonte depuis le Chili, qui en temps normal chasse les eaux chaudes superficielles. Mais quand le phénomène d’El Niño est trop fort, les eaux chaudes venant du nord l’emportent. Ce phénomène intervient par cycle tous les 3 à 8 ans.
Il a un impact très important sur l’industrie de la pêche, qui s’arrête du fait que les poissons préfèrent des eaux froides. Le climat est lui aussi déréglé, et de très fortes précipitations inondent tout le littoral péruvien (provoquant d’immenses pertes agricoles), et causant des sécheresses sans précédent en Australie. Les vents soufflent en tempête sur tout le continent Sud-Américain. Dans les périodes incas et préincas, les effets de ce phénomène climatique était sujet à de nombreuses offrandes et rituels afin de regagner la confiance et la paix de la Pachamama…

 La feuille de coca… des indiens au coca-cola

La feuille de coca… des indiens au coca-cola

La feuille de coca, tantôt vénérée, tantôt combattue, a toujours occupé une place prépondérante dans les différentes civilisations qui ont peuplé le Pérou actuel. En effet, à l’origine, c’est une plante sacrée des Andes que l’on utilisait (et que l’on utilise encore) dans de nombreux rituels, comme l’offrande à la Pachamama, etc. Mais lors de la colonisation espagnole, le clergé chrétien l’a condamnée comme « feuille du diable », un des nombreux dispositifs ayant pour but de déraciner la culture et les croyances locales pour imposer le christianisme à ces peuples païens.A la fin du XIX° siècle, l’américain John Pemberton mélange cette feuille andine avec du vin rouge français, inventant par là même l’ancêtre du Coca-Cola. Puis, le mélange de la feuille de coca avec la noix de kola a produit une boisson stimulante et énergisante. Jusqu'à l’heure d’aujourd’hui, la Coca Cola Company achète quelques centaines de tonnes de feuilles de coca par an pour la confection de la fameuse boisson gazeuse.
A partir des années 1960, le narcotrafic commence à s’étendre peu à peu sur le continent sud-américain, et la culture de la feuille de coca commence à devenir celle des paysans pauvres qui cherchent à gagner un petit peu plus en cultivant la coca au lieu de produits agricoles aux prix en chute libre. Dans les années 1990, les programmes de lutte contre la production de coca vont bon train. Le seul ayant eu une répercussion positive sans pour autant exciter le mécontentement des paysans a été le blocus aérien entre la Colombie et le Pérou, empêchant par là même le commerce des substances nécessaires pour la production de pâte basique de la cocaïne. Des programmes de desarrollo alternativo, développement alternatif, soutenant la production agricole pour éviter un détournement de la main d’œuvre vers la culture du coca, ont été mis en œuvre, mais la plupart sont de véritables échecs du fait, entre autre, des bas prix des produits agricoles qu’on tentait de substituer à la culture de la coca. 
Malgré la mauvaise image internationale qu’a cette petite feuille, les paysans péruviens continuent à la mâcher et à l’utiliser dans les rituels andins. En effet, les propriétés vertueuses de cette feuille sont innombrables. Radicale contre les maux de têtes et autres symptômes du mal d’altitude, contre la fatigue du travail physique avec le peu d’oxygène disponible, coupe-faim (deux des principales raisons pour lesquelles les paysans andins mâchent cette précieuse feuille tout au long de la journée), aidant la digestion, analgésique… On peut la mastiquer doucement afin d’en extraire le jus, et y ajouter de la llijta un peu sucrée pour passer son goût amer, ou la prendre en infusion. Mais attention, malgré tout, la feuille de coca est toujours considérée internationalement comme une drogue ; ne tentez pas d’en ramenez chez vous, vous risquez de passer un sale moment à l’aéroport...

Vue Panoramique de CuscoRue d'ArequipaCôte Verte à LimaPlace des armes à Lima Compañía de Jesus  - CuscoPlace des armes à LimaMirador de Tapay à Canyon del ColcaMirador Cruz Del Condor - Canyon de Colca - ArequipaIles Ballestas